Madagascar : entre abstentions et critiques, les Malgaches jugent la CENI – (élection présidentielle)

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) réitère son interdiction à l’endroit de certaines associations qui veulent procéder à des sondages auprès des électeurs à l’issue de leur vote le 19 décembre 2018. Photo: AFP

ar en

NEWSROOM (ADV) – Les deux candidats en tête des tendances, à savoir deux ex-présidents Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ont désormais ceci de commun : tous contestent les résultats provisoires de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

À Madagascar, les deux candidats sortis en tête de la course à la présidentielle au premier tour émettent des doutes sur les méthodes de la CENI.

Le parti d’Andry Rajoelina s’était retiré du processus d’observation du scrutin à l’issues des tentatives de fraudes qui ont taché ce premier tour.

Les protestations des deux principaux candidats ont trouvé échos auprès de la population et suscitent de vives craintes.

Les masses elles, refusent désormais de se fier à tous résultats provisoires qui seront publiés par la CENI.

La CENI, explique Liliane Ravao harinirina, la secrétaire exécutive nationale adjointe de la CENI, pense que “les failles, par exemple les retards de l’acheminement de matériel, comme les isoloirs, qui ont empêché que le vote commence à l’heure légale […] était dû à la démission de certains membres de bureaux de vote, la veille”.

Des manquements à la chaine qui handicape la neutralité de ses élections et rappel le parti pris peut être de certains cadres de la CENI.

Le candidat Marc Ravalomanana appelle au respect des lois tout au long de ce processus électoral.

Le vote se poursuivait dans l’après-midi à Madagascar avec, selon les indications, une abstention en progression par rapport à celle de 45,7% enregistrée à l’occasion du premier tour le 7 novembre.

Les chiffres témoignent donc d’un manque de confiance de la part des électeurs malgaches en la CENI.

“Il y a 4 à 5% de participation en moins sur tout le pays”, a noté à la mi-journée le chef de la mission d’observation de l’Union européenne (UE), Cristian Preda.

“Je suis confiant, je pense que le peuple malgache tranchera une bonne fois pour toutes celui qui dirigera le pays”, a déclaré M. Rajoelina.

© Bur-csa – A.H / N.A – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr