Le Maroc cherche à investir 30 milliards de dollars dans les énergies renouvelables

Aziz Rabbah, ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable. Photo : DR

Casablanca, Maroc (ADV) – Le Maroc vise à attirer environ 30 milliards de dollars d’investissements dans son secteur de l’énergie d’ici 2030, en ajoutant 10 GW de capacité renouvelable et en développant une centrale à gaz naturel liquéfié pour répondre à ses besoins croissants en énergie.

«Entre 2017 et 2022, nous avons environ 13 milliards de dollars, mais pour 2030, ce seront plus de 30 milliards de dollars d’investissement provenant des secteurs public et privé et de nombreux pays», a déclaré Aziz Rabbah, ministre de l’Énergie, des Mines et du Développement durable

Il a ajouté que le pays cherche à attirer des investisseurs de Chine, Corée du Sud, Japon, Allemagne, Italie, Espagne, France, Maroc, Emirats arabes unis, Arabie saoudite et Inde.

Le Maroc, qui importe plus de 90% de ses besoins en énergie, a été l’un des premiers à adopter les énergies renouvelables au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Le pays cible 42% d’énergies renouvelables dans son bouquet énergétique d’ici 2020 et 52% d’ici 2030, contre 35% actuellement.

Environ 2 000 à 3 000 MW de capacité d’énergie renouvelable seront ajoutés «tous les trois ans» jusqu’en 2030 pour atteindre les objectifs actuels du pays, a déclaré M. Rabbah.

>>> À LIRE AUSSI – Le Maroc parmi les 22 premiers investisseurs en énergies renouvelables en 2018

“Pour cette année, nous allons lancer 400 MW pour le secteur privé, pour les moyennes entreprises”, a-t-il ajouté.

Les énergies renouvelables représenteront respectivement 40% de l’énergie solaire et éolienne et 20% de l’hydroélectricité.

Outre les énergies renouvelables, le Maroc se tournera également vers le GNL pour diversifier ses sources d’énergie. Le pays prévoit de développer une installation de GNL de 4,5 milliards de dollars à Jorf Lasfar, sur la côte atlantique, pour répondre à ses besoins croissants en énergie.

Selon des rapports antérieurs, le projet GNL prévoit d’importer jusqu’à 7 milliards de mètres cubes de gaz d’ici 2025, avec des infrastructures comprenant une jetée, un terminal, des pipelines ainsi que des centrales au gaz.

© Bur-csa – A.H / N.W – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr