Centrafrique : échec d’une tentative de marche contre l’accord de paix de Khartoum

Circulation au carrefour de Pétevo à la sortie sud de la capitale. Photo : Fridolin Ngoulou

Bangui, Centrafrique (ADV) – La population centrafricaine et principalement celle de la capitale Bangui vague librement à ses occupations ce 15 avril 2019 en dépit du mot d’ordre de marche d’une frange de la société civile contre la mise en œuvre de l’accord de paix.

Cette manifestation projetée par le Groupe de Travail de la Société Civile (GTSC) a été interdite par le gouvernement et le ministère public a lancé un mandat d’arrêt contre les initiateurs Gervais Lakosso et son rapporteur général Paul Crescent Beninga.

GTSC réfute les nominations de certains leaders des groupes armés dans le gouvernement inclusif ainsi que dans les cabinets du Premier ministre et du président de la République.

Dans les rues de la capitale, les activités se déroulent normalement. Les élèves, les fonctionnaires, les commerçants, les conducteurs des taxis et bus n’ont pas obtempérés à ce mot d’ordre que certains qualifient « de manipulation des politiciens pour saboter les efforts de paix ».

Le gouvernement ainsi que plusieurs organisations de la société civile avaient invité la population à ne pas respecter les mots d’ordre car l’accord de paix est une issue principale pour la paix et le décollage économique du pays, après plusieurs décennies de crise orchestrée par des puissances extérieures avec la complicité de certains leaders politiques centrafricains.

© Bur-csa – A.H – N.W / De notre correspondant régional Fridolin Ngoulou – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr