Françafrique : le néo-colonialisme français en Afrique

Des manifestants anti-Françafrique. Photo : DR

ar en

NEWSROOM (ADV) – Les politiques françaises, installent dès le début des années 60 des chefs d’Etats d’afrique subsaharienne acquis à leurs intérêts, et usent de différents moyens pour les maintenir en place : élections, financement de projets politico-militaires, soutien via des accords de défense…

Peu connue, la présence militaire de la France en Afrique constitue depuis plus de 50 ans un des piliers de sa politique étrangère sur le continent. Héritage d’un passé colonial, la France joue encore aujourd’hui un rôle de puissance militaire majeure en Afrique. Avec 8700 militaires sur le sol africain, la France intervient régulièrement sous différents prétextes (antiterrorisme, « démocratie », maintien de la «paix») assurant ainsi sa domination sur les Etats et sur leurs ressources.

– La domination est également économico-financière –

Le franc CFA est la seule monnaie coloniale ayant survécu à la décolonisation, il lie quatorze pays d’Afrique à la France. Aujourd’hui encore ce système empêche ces pays d’être souverains économiquement : chaque pays doit déposer 50 % de ses réserves en devises étrangères au trésor public français, le franc CFA est arrimé à l’euro et donc soumis à ses fluctuations, et des Français siègent aux instances de direction des banques centrales africaines. La France, en se portant officiellement garante de la stabilité et la convertibilité du franc CFA, contrôle directement ou indirectement la politique monétaire des États concernés.

La situation précaire de l’Afrique francophone soulève de nombreuses questions. Pourquoi tant de misère dans des pays si riches en matières premières ? À qui profite l’argent du pétrole, de l’uranium, du diamant, du bois, des minerais ? Comment expliquer la présence permanente de l’armée française dans ses anciennes colonies ? Tel est le triste constat de la Françafrique.

© Bur-csa – A.H / N.W – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr