Niger : Boko Haram tue 88 personnes et provoque le déplacement de 18.000 autres en un mois (ONU)

Des soldats nigériens dans la région de Diffa. Photo : Reuters

Alger, Algérie (ADV) – Les violences commises par le groupe terroriste Boko Haram dans le Sud-Est du Niger, ont couté la vie à 88 civils et poussé 18.000 personnes à se déplacer en l’espace d’un mois, selon un rapport publié le 04 avril, par l’organisation des Nations unies (ONU).

“Vingt-et-une attaques contre des civils et les forces militaires ont été enregistrées dans la région en mars 2019, avec un bilan de 88 morts parmi les civils. Ces attaques ont provoqué un mouvement de 18.480 personnes en direction de la ville de Diffa (capitale régionale) et quelques grands villages”, indique le Bureau des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha) à Niamey.

Des enlèvements de femmes ainsi que la destruction et la mise à feu d’une centaine d’habitations, ont également été enregistrés lors de ces attaques qui ont fait des victimes même parmi les militaires.

Pour rappel, le gouvernement nigérien avait décrété début décembre dernier, l’état d’urgence au niveau de ces frontières sud, notamment ses frontières avec le Nigeria, d’où partent les terroristes de Boko Haram, qui sèment désormais la terreur sur tout le pourtour du Lac Tchad ( Niger, Nigeria, Tchad, Cameroun).

Crée en 2002, ce groupe terroriste djihadiste a tué jusqu’ici 27.000 individus et a poussé 1,8 million à se déplacer, provoquant un mouvement de réfugiés, migrants, et déplacés internes sans précédent dans l’histoire de la région.

© Bur-csa – A.H – N.W / De notre correspondante régionale Selma Kasmi – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr