L’Ouganda demande aux réfugiés rwandais et burundais de rentrer chez eux

Des réfugiés en Ouganda. Photo : DR

NEWSROOM (ADV) – L’Ouganda a demandé aux réfugiés rwandais, burundais et sud-soudanais de rentrer chez eux.

Le ministre de la Préparation aux catastrophes et des Réfugiés, M. Hilary Onek, a déclaré que les trois pays étaient désormais stables.

«Certains pays sont devenus politiquement stables, alors les réfugiés devraient retourner et s’installer. Certains d’entre eux continuent d’aller et de revenir », a-t-il déclaré.

M. Onek s’est également plaint que certains des réfugiés, au lieu de bénéficier de l’hospitalité offerte par le gouvernement et les hôtes ougandais, soient devenus des ennemis.

«Ces derniers temps, certaines personnes ont commencé à se disputer avec nous et pourtant nous les avons soignées, nous leur avons donné des opportunités, une éducation et un bon logement. Tout à coup, ils sont devenus nos ennemis pour rien», a-t-il ajouté.

Mme Duniya Khan, porte-parole de l’agence des Nations unies pour les réfugiés en Ouganda, a déclaré que le rapatriement des réfugiés devrait être conforme à la politique internationale contraignante en vigueur en matière de protection des réfugiés.

Le secrétaire exécutif d’Igad, Mahboub Maalim, a déclaré que la réunion de trois jours avait fait des déclarations pour modifier les politiques et réglementations nationales en matière de libre circulation des personnes et du commerce entre les pays membres.

«Nous utilisons l’Ouganda comme un exemple de leur hospitalité, de sorte que d’autres pays puissent faire de même. Nous voulons que les pays deviennent plus tolérants envers leurs ressortissants et les autres en leur accordant des droits égaux à ceux des citoyens », a déclaré M. Maalim.

Selon les chiffres du gouvernement, environ 130 000 Rwandais et 14 000 Burundais vivent en Ouganda. Les réfugiés sud-soudanais sont environ un million.

La politique ougandaise en matière de réfugiés a été applaudie dans le monde comme une politique libérale, car elle confère aux réfugiés le droit d’acquérir et de posséder des terres, de faire des affaires, d’étudier ou de trouver un emploi.

© Bur-csa – A.H / N.W – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr