L’épidémie d’Ebola en RDC se propage plus rapidement que jamais

Un centre de traitement en RDC. Photo : DR

NEWSROOM (ADV) – Les deux dernières semaines ont enregistré un nombre record de nouveaux cas, marquant un net revers pour les efforts déployés pour faire face à la deuxième plus grande épidémie jamais enregistrée, la violence de la milice et la résistance de la communauté ayant entravé l’accès aux zones touchées.

L’OMS a déclaré il y a moins de trois semaines que l’épidémie de fièvre hémorragique était en grande partie maîtrisée et pourrait être enrayée en septembre, soulignant que le nombre de cas hebdomadaires avait été réduit de moitié par rapport au début de l’année à environ 25.

Mais le nombre de cas a atteint un record de 57 la semaine suivante, puis de 72 la semaine dernière, a déclaré le porte-parole de l’OMS, Christian Lindmeier.

De manière plus alarmante, environ trois quarts des décès dus à Ebola la semaine dernière sont survenus en dehors des centres de traitement, selon les données du ministère de la Santé de la RDC, ce qui signifie qu’il y a beaucoup plus de chances qu’ils transmettent le virus à ceux qui les entourent.

L’épidémie actuelle aurait tué 676 personnes et en aurait infecté 406 autres. 331 autres patients ont guéri.

Au cours des deux derniers mois, cinq centres d’Ebola ont été attaqués, certains par des miliciens armés. Médecins sans frontières (MSF), une organisation caritative médicale française, a suspendu ses activités dans deux des zones les plus touchées.

Un centre de traitement a fermé en février après avoir été incendié par des inconnus a rouvert la semaine dernière.

Plus de 11 000 personnes sont mortes à cause de l’épidémie d’Ebola en 2013-2016 en Afrique de l’Ouest. Depuis lors, les autorités sanitaires ont travaillé pour accélérer leurs réponses et ont déployé un vaccin expérimental et des traitements, qui ont tous deux été jugés efficaces.

© Bur-csa – A.H / N.W – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr