Les Sud-Soudanaises appellent à l’égalité des sexes

Nunu Kumba, secrétaire générale du Parti du Mouvement de libération du peuple soudanais. Photo: AFP

NEWSROOM (ADV) – Les femmes sud-soudanaises ont appelé jeudi à l’égalité des sexes pour accélérer la mise en œuvre de la paix et aider à réduire les niveaux de violence, rapportent des médias locaux.

Les femmes jouent un rôle moteur en faveur d’une paix durable, car elles ont un impact positif sur la réalisation de la paix, par exemple après la signature de l’accord de paix revitalisé en septembre dernier en Éthiopie.

“Alors que nous approchons rapidement de la fin de la période de pré-transition, je demande à toutes les parties d’intensifier leurs efforts pour nommer des femmes qualifiées et prêtes et travailler avec les hommes côte à côte pour en faire plus”, a déclaré Unaisi Lutu Vuniwaqa chef de la police des forces de maintien de la paix de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (MINUSS), lors d’une table ronde tenue ce vendredi à Juba, à l’occasion de la Journée internationale de la femme.

Nunu Kumba, secrétaire générale du Parti du Mouvement de libération du peuple soudanais (PMLPS), au pouvoir, a reconnu la contribution positive des femmes au processus de paix et a exhorté davantage de femmes à participer à la vie politique.

“Il est également bon que nous disposions du soutien de la communauté internationale pour nous assurer que cette chose (de paix) est mise en œuvre”, a-t-elle ajouté.

“La présence de femmes soldats de la paix fait une différence réelle sur le terrain, non seulement en permettant à notre mission d’être plus accessible, plus inclusive, pour les groupes les plus vulnérables de notre société”, a fait savoir Mme Kumba.

Elle a noté que les femmes et les filles continuent d’être victimes de violences sexuelles liées au conflit au Soudan du Sud malgré la signature de l’accord de paix.

Selon un système de gestion de l’information sur la violence sexiste, rien qu’en 2017, 2 297 survivants de violences sexistes ont été signalés et 13% des cas signalés étaient des viols et le reste des agressions sexuelles.

© Bur-csa – A.H / N.W – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr