Togo : ce que les jeunes attendent du plan national de développement (PND) de Faure Gnassingbé

Komi Dovi Koudo, lors du lancement du nouveau plan national de développement (PND, 2018-2022), lundi 4 mars 2019, à Lomé. Photo : ADV

ar en

Lomé, Togo (ADV) – Le nouveau plan national de développement (PND, 2018-2022) du président togolais, Faure Gnassingbé, suscite d’immenses espoirs parmi la jeunesse, dont un entrepreneur, Komi Dovi Koudou, s’est fait le porte-flambeau lundi lors de la cérémonie de lancement, lundi 4 mars 2019, à Lomé.

Son speech a ravi et plu à l’assistance, si bien que le chef de l’Etat, Faure Gnassingbe, l’a cité à plusieurs reprises dans son discours. Il faut dire que Komi Dovi Koudou a eu les mots justes pour parler aux autorités et aux décideurs et traduire les besoins de cette frange de la population qui ne veut pas être laissée en marge.

Le producteur du thé de kinkéliba dirige la société Bio Afrique, courtisée par plusieurs multinationales agro-alimentaires. Lui-même issu d’une famille modeste, il incarne aujourd’hui le visage entrepreneurial d’une Nation en mouvement. Ce qui lui confère une forte légitimité pour « parler » au nom d’une jeunesse impatiente, elle aussi, de partager les fruits de la croissance.

« Je m’exprime au nom de la vendeuse d’Ayomolou de Tsévié, du soudeur de Bassar, de la commerçante du grand marché, d l’étudiant de l’Université de Kara, du Zémidjan du marché d’Atakpamé, de l’élève du CEG de Bè-plage… Bref, au nom de toutes les composantes de notre nation », a lancé Komi Dovi Koudou.

Avant de poursuivre : « Ces dernières années, deux concepts sont souvent revenus dans les programmes du gouvernement : la croissance inclusive et la prospérité partagée ». Précisant, toutefois, qu’il ne doute pas de l’engagement du président Faure Gnassingbe à « tenir ses promesses notamment à l’endroit des populations vulnérables et surtout, de la jeunesse. »

Selon Komi Dovi Koudou, compte tenu des difficultés que rencontrent les jeunes togolais sur les marchés de l’emploi, seul un ensemble d’actions concertées sur le long terme, couvrant un large éventail de politiques et de programmes, permettra de leur assurer un emploi.

Justement, le PND du président Faure Gnassingbe devrait offrir des opportunités économiques aux jeunes et aux populations vulnérables. En particulier les jeunes femmes et hommes, issus des cinq régions du pays.

D’après le document stratégique consulté par l’agence de presse African Daily Voice (ADV), le référentiel va coûter environ 4 622 milliards de FCFA. Le secteur privé apportera environ 2999,1 milliards de FCFA, soit 65% du coût global du PND. La contribution de l’Etat tournant autour de 1623,1 milliards de FCFA, soit 35% du budget nécessaire au financement de ce programme quinquennal.

© Bur-csa – A.H – N.A / DP-RC / De nos envoyés spéciaux – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr