L’armée libyenne exige la levée de la force majeure sur le plus grand gisement de pétrole

Le général Khalifa Haftar. Photo : Al-Jazeera

NEWSROOM (ADV) – L’armée libyenne basée dans l’Est du pays a demandé mercredi à la National Oil Corporation (NOC) de lever la force majeure sur le champ pétrolifère de Sharara, quelques heures après que l’armée l’ait repris, rapportent des médias locaux.

“Le commandement général des Forces armées libyennes annonce l’achèvement de la sécurisation du champ pétrolifère Sharara dans le bassin de Muruk-Ubari, et appelle la NOC à annoncer la levée du statut de force majeure déclaré antérieurement en raison du contrôle de groupes armés terrain “, a déclaré le département de l’information de l’armée dans un communiqué.

“Le commandement général de l’armée confirme qu’il poursuivra la lutte contre le terrorisme dans le pays, ainsi que la sécurisation des frontières et des moyens de subsistance du peuple libyen”, indique le communiqué.

En décembre dernier, la NOC avait déclaré la force majeure dans le champ pétrolifère de Sharara suite à la fermeture forcée du champ par un groupe armé.

L’armée a annoncé mercredi s’emparer du champ pétrolifère situé à environ 900 km au Sud de la capitale Tripoli et capable de produire plus de 300 000 barils de pétrole brut par jour.

Le champ pétrolifère a été fermé à plusieurs reprises dans le passé en raison d’attaques et de manifestations armées, entraînant la perte de millions de dollars américains.

L’armée, dirigée par le général Khalifa Haftar, lance depuis la mi-janvier une campagne militaire contre le terrorisme et le crime dans le Sud du pays.

© Bur-csa – A.H / N.W – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr