La sécurité sanitaire des aliments est essentielle pour améliorer les résultats en matière de santé et de nutrition en Afrique

Les pays africains sont obligés de renforcer la sécurité sanitaire des aliments. Photo : RFI

NEWSROOM (ADV) – Les pays africains doivent consacrer des investissements supplémentaires à la sécurité sanitaire des aliments afin de renforcer l’état nutritionnel des citoyens et de lutter contre les maux liés à la contamination des principaux aliments de base, a annoncé un rapport médical publié mercredi à Nairobi.

Le rapport du Partenariat mondial sur la sécurité sanitaire des aliments a révélé que l’Afrique avait le taux de contamination alimentaire le plus élevé au monde et que ce phénomène était à l’origine des pertes en capital humain estimées à 16,7 milliards de dollars américains par an.

“Plus de la moitié des initiatives de sécurité sanitaire des aliments financées par des donateurs en Afrique subsaharienne (ASS) sont axées sur les marchés étrangers, et moins de la moitié sur les consommateurs nationaux”, indique le rapport.

Il note que les dépenses de développement devraient viser à améliorer la sécurité alimentaire des consommateurs africains, qui ont besoin d’informations et d’une sensibilisation accrues pour pouvoir exiger des normes plus strictes.

Le rapport préconise davantage d’investissements dans des programmes axés sur les risques pour la santé, tels que la salmonelle, auxquels les consommateurs locaux sont confrontés lorsqu’ils achètent sur des marchés informels.

“Il est regrettable que moins de cinq pour cent des investissements des donateurs portent sur les risques locaux pour la santé. Pourtant, plus de 500 projets et activités en Afrique subsaharienne sont centrés sur la sécurité alimentaire pour les exportations depuis 2010”, indique le rapport.

Juergen Voegele, directeur principal des pratiques mondiales de l’alimentation et de l’agriculture à la Banque mondiale, a déclaré que la sécurité alimentaire est essentielle au bien-être à long terme de l’Afrique et de ses habitants.

“Il est temps d’examiner ce que la communauté internationale des donateurs fait pour aider à relever ces défis et comment les donateurs, les gouvernements, le secteur privé et les consommateurs peuvent travailler ensemble pour renforcer le système de sécurité sanitaire des aliments en Afrique”, a déclaré M. Voegele.

Louise Scura, présidente du Comité directeur du Partenariat mondial pour la sécurité sanitaire des aliments, a noté que la communauté du développement commence à accepter qu’il n’y aura pas de sécurité alimentaire et que les objectifs de développement ne seront pas atteints sans sécurité alimentaire.

Mme Scura a appelé à davantage d’investissements dans la sécurité alimentaire pour les consommateurs africains, à un alignement de l’aide de la communauté de développement sur la sécurité alimentaire et à un accent accru sur la nécessité d’alléger le fardeau des maladies d’origine alimentaire en santé publique en Afrique subsaharienne.

© Bur-csa – A.H / N.W – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr