CPI : les procureurs font appel de l’acquittement de Gbagbo et Blé Goudé

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, le 15 janvier 2019. Photo : CPI

en

NEWSROOM (ADV) – Les procureurs de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda et Eric MacDonald, vont faire appel de l’acquittement de l’ancien président Laurent Gbagbo et de son allié Charles Blé Goudé.

« L’accusation (…) a déterminé son intention de faire appel de la décision » d’acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, dont les juges ont ordonné leur mise en liberté immédiate mardi 15 janvier, ont-ils écrit dans un document de la Cour consulté par African Daily Voice (ADV).

Hier, les juges de la CPI avaient décidé à la majorité l’acquittement et la libération immédiate des deux hommes, soutenant que le procureur n’avait « pas présenté d’éléments suffisants pour prouver le bien-fondé de l’affaire au-delà de tout doute raisonnable ».

>>> À LIRE AUSSI – CPI : Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé acquittés, bientôt en liberté

Conformément aux textes régissant la CPI, le Bureau du procureur de la CPI a décidé de faire appel de cette décision.

Dans leur requête, les procureurs affirment qu’il existe des « raisons exceptionnelles » de s’opposer à la libération inconditionnelle de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, évoquant un « risque concret » que ces derniers disparaissent dans l’éventualité où le procès se poursuivrait.

Ils ont cependant déclaré qu’ils accepteraient une remise en liberté dans un pays membre de la CPI – excepté la Côte d’Ivoire – « si le risque de fuite peut être atténué en imposant une série de conditions ».

Charles Blé Goudé, le 15 janvier 2019. Photo : CPI

En décembre, lors des derniers débats portés sur la possibilité d’une mise en liberté provisoire de MM. Gbagbo et Blé Goudé, le procureur s’était opposé à cette éventualité. Il avait dressé une liste des conditions restrictives : le versement d’une caution, le port d’un bracelet électronique, l’interdiction de sortir de la résidence territoriale sans l’accord de la CPI, etc. La défense avait garanti de son côté que ses deux clients ne prendraient pas la fuite.

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé étaient tous deux accusés de quatre chefs de crimes contre l’humanité : meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils avaient chacun plaidé non coupable.

© Bur-csa – A.H / N.A – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr