Centrafrique : l’armée nationale libère la ville minière de Bakouma à l’Est du pays

Les Forces Armées Centrafricaines (FACA). Photo : Afrique News Info

Bangui, Centrafrique (ADV) – Les Forces Armées Centrafricaines (FACA) ont lancé un assaut tôt ce matin dans la ville de Bakouma, occupée depuis le 31 décembre 2018 par les forces rebelles. L’information est confirmée à ADV par des sources militaires qui parlent de la libération de cette ville.

« L’armée nationale a repris le contrôle de la ville minière de Bakouma. Pour le moment, les rebelles se sont retranchés à Nzacko, une ville qu’ils occupaient bien avant et qui était vidée de sa population », a confié à ADV une source militaire à Bangassou, une ville voisine à 150 km.

Bakouma est une ville stratégique, une ville minière où se trouve le gisement d’uranium que la société française Areva a commencé l’exploitation avant de suspendre en 2012 pour reprendre probablement à 2030.

« Le contingent marocain de la Minusca qui est en activité dans la ville, a confirmé le départ de l’UPC. Nous avons enregistré des cas de pillage et la destruction des édifices publics », a confirmé le porte-parole de la Minusca Vladimir Monteiro ce jour, lors de la conférence de presse hebdomadaire de la mission onusienne en Centrafrique.

Selon les informations transmises à ADV, les rebelles ont utilisé la technique de la “terre brulée” pour vider la ville. « Ils ont pillé les biens de la population et ont détruit beaucoup de choses. Là, la population aura de problème à son retour », a relevé une autorité locale jointe depuis Bangassou.

La prise de la ville de Bakouma a poussé la population à se réfugier à Bangassou. Selon les données officielles, plus de 10.000 personnes ont été déplacées suite à ce regain de tension dans la ville.

© Bur-csa – A.H – N.W / De notre correspondant régional Fridolin Ngoulou – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr