Des Burkinabès manifestent contre des violences intercommunautaires

Des manifestations contre les violences intercommunautaires au Burkina Faso. Photo: aOuaga

NEWSROOM (ADV) – A la capitale Ouagadougou et à Dori, des Burkinabès ont manifesté samedi, contre les représailles envers la communauté peuple qui ont fait une cinquantaine de morts après une attaque terroriste dans la nuit du Nouvel an dans le Centre-Nord du pays, rapportent des médias locaux.

“Notre seul ennemi, c’est le terrorisme”, “Les terroristes ne peuvent pas nous diviser”, “Tous unis contre le terrorisme”, pouvait-on lire sur les pancartes visibles dans la foule qui a répondu à l’appel du Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC).

La situation sécuritaire du Burkina Faso, jadis considéré comme un pays “stable” dans la sous-région ouest-africaine, s’est dégradée depuis 2015 avec une recrudescence des attaques terroristes dans plusieurs régions, notamment aux frontières avec le Mali, le Niger et le Togo. Ces attaques ont fait plus de 270 morts.

Au moins 12 personnes ont été tuées jeudi dans une attaque terroriste menée à Gasseliki, une localité située à une trentaine de kilomètres au Sud d’Arbinda dans la province sahélienne du Soum (Nord).

Le Parlement a adopté vendredi à l’unanimité un texte de loi prorogeant de six mois l’état d’urgence dans 14 provinces du Burkina Faso en proie à des attaques terroristes.

Cette décision qui entrera en vigueur dimanche prochain doit permettre aux forces de défense et de sécurité de disposer d’une marge de manœuvre dans la lutte contre le terrorisme, selon des observateurs locaux.

© Bur-csa – N.W – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr