Le Burundi rejoint l’ASI et dévoile ses ambitions pour les énergies renouvelables

A la tribune de la COP22, le 17 novembre 2016 à Marrakech (Maroc). Photo : REUTERS

NEWSROOM (ADV) – Les députés de l’assemblée nationale burundaise ont adopté jeudi à l’unanimité un projet de loi autorisant le Burundi à ratifier l’Accord-cadre portant création de l’Alliance Solaire Internationale (ASI) signé à Marrakech, au Maroc, lors des assises de la COP 22, le 15 novembre 2016.

En effet, l’ASI, dont le siège est basé en Inde, est une initiative planétaire lancée en décembre 2015 à Paris lors du sommet mondial sur les changements climatiques connu sous la COP21.

Cette initiative vise à augmenter de “manière significative” la production d’électricité via une plateforme de coopération internationale entre 121 pays en voie de développement à fort potentiel solaire et les pays développés disposant des technologies solaires avancées.

Le gouvernement burundais a signé l’Accord-cadre portant création de l’ASI le 26 février 2018.

Le ministre burundais de l’Hydraulique, de l’Energie et des Mines, Côme Manirakiza, qui a défendu ce projet de loi devant les députés, a indiqué que l’alimentation par système solaire photovoltaïque, semble la meilleure option et la mieux adaptée pour l’actuel système d’habitat dispersé au Burundi.

“Ce projet de loi a été initié dans l’optique de développer l’électrification des zones rurales burundaises difficilement accessibles par les réseaux interconnectés et des établissements à caractère social, mais aussi en vue d’accroître le taux d’accès à l’énergie propre au Burundi”, a expliqué le ministre Manirakiza.

En décembre 2012, seulement 10% des Burundais avaient accès à l’électricité, un taux jugé “faible” en comparaison avec la situation prévalant en la matière dans quatre autres pays de la Communauté Est-Africaine, à savoir le Rwanda, la Tanzanie, l’Ouganda et le Kenya.

Toutefois, selon le ministre Manirakiza, face à ce défi énergétique, le Burundi dispose des “opportunités considérables” pour les investisseurs internationaux compte tenu des possibilités d’interconnexion électrique offertes par les créneaux d’intégration régionale.

A ce jour, le Burundi est en effet intégré à l’Eastern Africa Power Pool (EAPP), qui constitue un plan d’interconnexion électrique régionale visant à relier tous les pays de l’Afrique de l’est.

© Bur-csa – A.H / N.A – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr