RDC : 2 opposants parmi plus de 200 prisonniers politiques bénéficiaires de la grâce présidentielle ont quitté la prison

RDC: 2 opposants bénéficiaires de la grâce présidentielle ont quitté la prison. Photo : DR

NEWSROOM (ADV) – Après l’annonce par le chef de l’État Joseph Kabila lors de son message de vœux aux congolais, plus de 200 prisonniers politiques ont officiellement quitté le Centre Pénitentiaire de Rééducation de Kinshasa, CPRK, ex prison de Makala. Ces derniers sont bénéficiaires de la mesure de grâce présidentielle.

Parmi eux, deux opposants : Gecoco Mulumba, député national et cadre de l’UDPS, et Jean-Claude Muyamba, président national de Solidarité Congolaise pour la Démocratie, SCODE, parti politique membre de Ensemble de Moïse Katumbi.

>>> À LIRE AUSSI – RDC : pour l’Union Africaine, les élections se sont globalement déroulées dans un climat apaisé et serein

Ils ont également quitté la prison centrale de Makala ce jeudi 03 janvier 2019 à l’issue d’une cérémonie présidée par le ministre de la Justice.

Pour rappel, Gecoco Mulumba, avait été arrêté en 2017 et condamné à un an de prison pour outrage à chef de l’État.

S’agissant de Jean-Claude Muyambo, ancien bâtonnier du barreau de Lubumbashi et opposant à Joseph Kabila, il a été condamné à 5 ans de prison en appel dans une affaire d’escroquerie par un tribunal de Kinshasa, a annoncé ce jeudi son avocat.

En réaction à cette mesure de grâce présidentielle, certains acteurs politiques parlent d’une mesure collective et sélective.

A en croire un des avocats de l’opposant Franck Diongo, condamné en 2017 à 5 ans de prison pour coups et blessures et séquestration de deux éléments de la garde Républicaine, ce dernier devait également bénéficié de cette mesure.

“C’est une mesure collective et sélective, notre client remplissait toutes les conditions pour être libéré, mais malheureusement il a été écarté”, s’est-il plaint.

Ce dernier a par ailleurs estimé que cette mesure de grâce présidentielle devait s’étendre à tous les autres prisonniers politiques dans le cadre de la décrispation politique voulue par l’accord du 31 décembre 2016.

C’est sur demande du président Joseph Kabila, que le ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, a signé l’arrêté portant libération de plus de 200 prisonniers politiques.

© Bur-csa – A.H / L.S.B – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr