Gabon : la CNAMGS actualise la liste des médicaments remboursables en 2019

La directrice générale adjointe de la CNAMGS, Audrey Christine Chambrier, lors de la présentation, le 27 décembre 2018 à Libreville, de la liste de médicaments remboursables en 2019. Photo : Gabonreview

Douala, Cameroun (ADV) – La Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) a dévoilé, le 27 décembre dernier à Libreville, la nouvelle liste actualisée des médicaments pharmaceutiques qu’elle prendra en compte à partir de janvier 2019. Cette liste contient 1143 médicaments avec 47% de génériques et 53% de princeps; ont rapporté, hier, des médias locaux.

Selon l’entreprise de prévoyance sociale, «une place de choix a été laissé aux médicaments génériques, pour permettre un accès équitable aux médicaments à toutes les couches sociales de la population gabonaise», a affirmé, la directrice générale adjointe de la CNAMGS, Christine Audrey Chambrier.

Les taux de remboursement de ces médicaments vont de 50 à 80%. Autrement dit, les médicaments génériques sont pris en charge par la CNAMGS à hauteur de 80%, l’assuré aura à débourser 20% ; tandis que les princeps, eux, sont remboursables à 50%.

Pour le Dr Georgette Ndong Youssouf, médecin conseil de la CNAMGS, «cette liste-là va apporter un plus aux populations ; d’autant que le générique est une molécule bien choisi. Il y a eu des contrôles qualités qui ont été faits sur ces produits ; ce ne sont pas des médicaments de la pharmacie par terre». Par ailleurs, d’après la CNAMGS, les médicaments génériques ont la même efficacité moléculaire que les princeps, qui sont simplement des produits encore sous licence du fabricant. Ils tombent sous l’appellation «générique», quand le brevet de fabrication est vendu et utilisé par une autre officine. Seul le nom de la molécule change, mais l’efficacité du produit reste exactement la même.

Précisons d’ailleurs que cette nouvelle liste enregistre une augmentation considérable en médicaments génériques. Par rapport à l’ancienne révision intervenue en 2015, les génériques passent de 18% à 47%.

© Bur-csa – A.H / De notre correspondante régionale Vanessa Ngadi Kwa – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr