Le Kenya s’engage à innover en matière de capitalisation boursière

La société Nairobi Securities Exchange (NSE). Photo : African Markets

NEWSROOM (ADV) – Le Kenya a commencé sa stimulation des investissements sur les marchés des capitaux en privatisant les sociétés d’Etat et en révisant les règles restrictives, rapportent des médias locaux.

Ces nouveaux changements des règles garantiraient une participation active sur les marchés des capitaux et encourageraient l’introduction en bourse, ce qui a échappé à la société Nairobi Securities Exchange (NSE) au cours des dernières années.

“Malgré les marchés de capitaux sophistiqués du Kenya par rapport à ses pairs d’Afrique de l’Est, la facilité d’entrée et de sortie est entravée par des réglementations restrictives et une faible liquidité du marché, ce qui contribue à des coûts de transaction élevés”, a déclaré Cytonn, une société d’investissement basée à Nairobi, dans un rapport d’investisseurs publié ce lundi.

La société Cytonn a appelé à l’amélioration de la formation des investisseurs et à l’évaluation des cadres fiscaux et réglementaires afin d’encourager la stabilité financière et la transparence de l’information financière.

Le directeur général de l’Autorité des marchés des capitaux, Paul Muthaura, a déclaré que le régulateur est en train de revoir ses règles d’inscription, notamment en ce qui concerne l’exigence de la rentabilité des entreprises au cours des trois ou cinq dernières années, ainsi que les normes applicables aux niveaux d’endettement.

Les marchés financiers du Kenya sont considérés comme les plus sophistiqués de l’Afrique de l’Est, avec 62 sociétés cotées en bourse et une capitalisation boursière de 2,1 milliards de shillings (20,6 milliards de dollars américains).

© Bur-csa – A.H / N.W – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr