La Centrafrique lance le grand programme de désarmement (DDRR) à Paoua

Un ex-combattant remettant son arme au Président Touadera à Paoua. Photo : Centrafrique Actu

Bangui, Centrafrique, (ADV) – Le président Centrafricain Faustin Archange Touadera a lancé lundi dernier le grand programme de Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Réinsertion (DDRR) à Paoua, une ville du Nord qui s’est stabilisée après les violences que le pays a connues depuis 2012.

« Le DDRR est irréversible, il n’est pas une alternative, mais une obligation pour la République centrafricaine », a déclaré le président centrafricain, Faustin Archange Touadera.

>>> À LIRE AUSSI – RCA-Russie : entretien exclusif avec Jean-Serge Bokassa

Le DDRR lancé à Paoua concerne la zone Ouest du pays, qui est sous le contrôle du gouvernement et qui connait aujourd’hui une stabilité, permettant la reprise normale des activités et le retour des déplacés et réfugiés. Quelques groupes armés sont visés par ce programme qui atteindra progressivement les autres régions du pays.

Le DDRR est l’une des attentes du peuple Centrafricain exprimée pendant les consultations populaires à la base et matérialisée par le Forum de Bangui. L’accord du 10 Mai 2015 signé entre le gouvernement de transition et les groupes armés, en présence de la Société civile et de la communauté internationale demeure aujourd’hui l’unique et le seul cadre d’orientation de toutes les opérations de DDRR en République Centrafricaine.

La réussite de ce programme de DDRR passe par les différentes composantes du projet à savoir, la réintégration socio-économique des ex-combattants et l’appui aux communautés d’accueil par la construction d’infrastructures de base telles que des ponts, forages, écoles et bien d’autres.

« J’exhorte les responsables de tous les groupes armés qui ont adhéré au Programme national de désarmement, démobilisation, réintégration et réinsertion (PNDDRR) qui siègent au Comité consultatif et de suivi du DDRR à travailler la main dans la main, en mettant en synergie leurs efforts et réflexions, pour prouver que la République centrafricaine n’est pas incapable de transcender la crise qu’elle traverse. Les différentes activités inscrites dans le DDRR viennent sous-tendre la réconciliation nationale entre les ex-combattants et les communautés d’accueil qui participent tous à la réduction de la pauvreté et la réduction de la violence communautaire », a lancé Faustin Archange Touadera.

Selon le président centrafricain, depuis la fin du projet pilote qui a connu un succès tant par l’intégration de 240 ex-combattants dans les Forces Armées Centrafricaines que par la réintégration socio-économique de 198 autres ex-combattants, les doutes ont été sensiblement aplanis.

« Le temps de la guerre est terminé », a déclaré Faustin Archange Touadera.

Au moins cinq groupes armés opérant à l’Ouest et une partie du Nord du pays ont signé l’ace d’adhésion à ce programme DDRR et neuf autres groupes seront visés prochainement par ce programme.

© Bur-csa – A.H – L.S.B / De notre correspondant régional Fridolin Ngoulou – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr