Le président rwandais Paul Kagamé appelle l’Europe à investir en Afrique

Le président Paul Kagamé et le chancelier autrichien Sebastian Kurz lors du Forum de Vienne. Photo : EURACTIV

NEWSROOM (ADV) – Des décideurs politiques européens et africains ont appelé les entreprises du secteur privé à investir davantage en Afrique pour accroître la croissance économique et résorber les flux migratoires, rapportent des médias locaux.

« Je voudrais dire à ceux qui représentent nos entreprises: soyez audacieux, investissez davantage en Afrique ! », a martelé le président de la Commission européenne Jean-Claude Junker à Vienne, à l’occasion du Forum sur la coopération économique entre l’UE et l’Afrique.

En effet, l’Europe demeure un partenaire commercial privilégié, du continent avec, d’après la Commission, 243,5 milliards d’euros d’échanges commerciaux en 2017.

Pour le président du Parlement européen, Antonio Tajani, « seuls des investisseurs importants pourront générer une croissance suffisante et des emplois à même d’absorber l’explosion démographique africaine ».

De son côté, le président rwandais Paul Kagamé a souligné « qu’une voie vers la prospérité de tous les Africains, spécialement des jeunes, ne pouvait être trouvée qu’en dotant les économies africaines de technologie et en collaborant avec le secteur privé d’Afrique ».

Étaient présents lors de ce Forum de haut niveau à Vienne des représentants gouvernementaux européens, sept chefs d’Etat africains et à peu près 800 entrepreneurs des deux continents.

Les participants ont rappelé que l’Afrique a la plus forte croissance démographique au monde et d’ici à 2050 un habitant de la planète sur quatre sera Africain et 50% des Africains auront moins de 25 ans.

« Il n’y a pas de tabou, il faut en discuter franchement, la jeunesse africaine n’a pas pour vocation de quitter le continent africain », a repris le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat. « Il faut s’appesantir sur les causes, c’est d’abord la responsabilité de l’Afrique » a-t-il ajouté en rappelant aux investisseurs que ce n’est ni l’aide, ni la charité qui peut résoudre le problème de l’Afrique.

© Bur-csa – A.H – L.S.B – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr