Le Maroc classé 2ème mondialement en matière de performance climatique (CCPI 2019)

Noor Ouarzazate III : Photo : DR

Casablanca, Maroc (ADV) – Le Maroc est classé le deuxième mondialement en Climate Change Performance Index 2019, derrière la Suède et devant la Lituanie, cet index est le fruit de la collaboration de plusieurs ONG : German Watch, The New Climate Institute ainsi que The Climate Action Network.

Le classement est défini par la performance enregistrée des différents pays dans 14 indicateurs à travers 4 catégories « émissions de gaz à effets de serre (GES)», « énergie renouvelable », « utilisation de l’énergie » et « politique climatique ». Le résultat de cet index de performance (CCPI 2019) illustre « la différence régionale dans la protection du climat et la performance des 56 pays évalués ainsi que l’Union européenne ».

Des performances moyennes ont été enregistrées dans des pays comme la France, le Mexique, l’Allemagne ou la République Tchèque.

D’autre pays ont aussi démontré une faible performance. Dans le bas du classement on retrouve ainsi l’Arabie Saoudite, les Etats-Unis, l’Iran, la Corée, qui ont enregistré des scores médiocres, à travers la majorité des catégories.

Le Maroc contribue donc à limiter les effets du réchauffement planétaire dans le monde car il fait partie des 56 pays et de l’UE qui sont ensemble responsables de plus de 90% des émissions mondiales de GES.

Les experts nationaux constatent un certain retard dans la mise en œuvre des politiques nationales, mais ils reconnaissent le processus de consultation visant à élaborer une stratégie à long terme pour 2050, qui pourrait, entre autres initiatives, faire du pays un acteur de premier plan au niveau international.

Le Royaume a largement augmenté sa part d’énergies renouvelables lors de ces cinq dernières années, ainsi de manière significative sa capacité en énergie renouvelable.

Avec la connexion de la plus grande centrale solaire mondiale ainsi que de nombreux parcs éoliens, le pays est en voie de réaliser son objectif de 42% de capacité d’énergie renouvelable en 2020.

Cependant plusieurs experts nationaux ont observé des retards quant à l’implémentation des politiques nationales et affirment la nécessité de développer une stratégie à long terme pour 2050, ce qui pourrait faire du pays un leader en termes de politique environnemental au niveau international.

© Bur-csa – A.H / N.W – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr