Togo : des chancelleries européennes appellent au calme après les événements de Lomé

Plusieurs Togolais ont marché à l'appel du Front citoyen Togo debout pour exiger la libération des détenus politiques, à Lomé, 5 octobre 2018. Photo : VOA / Kayi Lawson

NEWSROOM (ADV) – Les ambassades d’Allemagne, des Etats-Unis d’Amérique, de France, la délégation de l’Union européenne (UE) au Togo et la coordination du système des Nations Unies “suivent avec préoccupation les derniers développements de la situation au Togo”, selon un communiqué conjoint des cinq représentations diplomatiques publié jeudi à Lomé.

Dans le communiqué conjoint, les cinq chancelleries ont indiqué qu’elles “regrettent les décès enregistrés et les violences” lors de récents événements au Togo et qu’elles “attendent” les résultats des enquêtes annoncées par le gouvernement togolais à cet effet.

“Elles appellent les parties à la retenue et restent disponibles, en appui à la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest), à accompagner les partenaires togolais pour la résolution durable de la crise”, conclut le communiqué.

Cette déclaration commune s’est produite après une séance de travail avec le gouvernement du Togo mardi sur le déroulement de la campagne électorale pour les législatives du 20 décembre prochain et les incidents ayant fait quatre morts et des blessés en lien avec des manifestations interdites de la Coalition des 14 partis de l’opposition (C14).

Au total 850 candidats sont en course pour les 91 sièges à l’Assemblée nationale du Togo lors des élections fixées au 20 décembre 2018. Le processus sera sécurisé par 8 000 éléments de la Force sécurité élections (FOSE-2018).

Depuis août 2017, le Togo fait face à une crise socio-politique relative à la divergence de vues entre la C14 et le parti au pouvoir notamment sur les réformes constitutionnelles incluant entre autres la limitation du mandat présidentiel.

Sous la médiation de la CEDEAO, les deux parties ont ouvert un dialogue politique en février 2018 qui a permis une décrispation du climat socio-politique dans le pays.

Le 31 juillet dernier, un sommet de la CEDEAO à Lomé a proposé une feuille de route pour une sortie pacifique de la crise. Cette feuille de route donne lieu à l’organisation des élections législatives le 20 décembre 2018 et à la révision intégrale du fichier électoral.

© Bur-csa – A.H / N.A – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr