La Tunisie approuve un nouveau budget pré-électoral

Le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed. Photo : L’économiste maghrébin

NEWSROOM (ADV) – Le dernier budget pré-électoral a été approuvé, lundi, par le Parlement tunisien, visant une réduction du déficit budgétaire à 3,9% du PIB contre 4,9% en 2018, a indiqué mardi le ministère des Finances.

Le budget prévoie par ailleurs une stabilisation de la dette à 70,9% du PIB, contre 72% attendus en 2018, selon la même source ainsi que le gouvernement s’est fixé un objectif de croissance de 3,1% en 2019, contre 2,6% attendus pour cette année, et 3% initialement prévus lors de l’élaboration du budget 2018.

L’Etat a évalué ses besoins de financement externes à 10 milliards de dinars (3 milliards d’euros), dont 7,8 milliards (2,2 milliards d’euros) d’emprunts extérieurs, notamment auprès du Fonds monétaire international, de la Banque mondiale et de l’Union européenne.

Les recrutements restent suspendus dans la fonction publique, dont le poids est quasi constant, à 14,1% du budget, contre 14% en 2018. Les fonctionnaires ont massivement suivi une grève pour les salaires fin novembre, et la puissante centrale syndicale UGTT a appelé à une nouvelle mobilisation en janvier.

Une taxe surprise de 1% sur les revenus des banques, assurances et sociétés pétrolières a été votée dans la nuit de dimanche pour alimenter les caisses sociales, puis repoussée in-extremis à 2020 dans un nouvel amendement lundi soir.

Début 2018, des augmentations de TVA et d’impôts sur les salaires, exacerbant une grogne sociale alimentée par un chômage et une inflation élevés, avaient déclenché un mouvement de contestation sociale ayant dégénéré en émeutes dix jours durant.

© Bur-csa – A.H / N.W – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr