Afrique du Sud : le pays de Mandela milite pour une plus grande résistance des pays africains face aux changements climatiques

La ministre sud-africaine des Affaires environnementales, Nomvula Mokonyane. Photo : Kopano Tlape/GCIS

en

NEWSROOM (ADV) – L’Afrique du Sud a appelé lundi à plus de soutien aux pays africains dans la lutte contre le réchauffement climatique.

La ministre sud-africaine des Affaires environnementales, Nomvula Mokonyane, a lancé cet appel alors qu’elle annonçait la participation de l’Afrique du Sud à la 24e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (UNFCCC COP24) à Katowice, en Pologne, qui se tient du 2 au 14 décembre.

“La conférence de Katowice devrait examiner le travail requis pour une mise en œuvre complète de l’Accord de Paris, fournir des garanties que l’équilibre politique de cet accord est maintenu et que toutes les questions importantes pour les pays en voie de développement se verront offrir des réponses dans le règlement qui sera adopté”, a déclaré Mme Mokonyane.

La COP24 va se concentrer sur un point en particulier : s’assurer que les engagements pris par les pays développés pour la période pré-2020 sont bien honorés, y compris l’aide au financement climatique de 100 milliards de dollars par an aux pays en voie de développement, a indiqué la ministre.

La COP24 constitue une étape cruciale vers le succès de l’approche multilatérale de la lutte contre le changement climatique, alors que les Etats-Unis s’y opposent et qu’elle est affaiblie par le recul de l’engagement de plusieurs autres pays développés, a-t-elle affirmé.

Le mandat de la Conférence sur le climat de Katowice porte sur l’adoption du Programme de travail de l’Accord de Paris, qui établit les directives de mise en application requises pour rendre l’accord opérationnel en 2020. Celui-ci avait été ratifié en 2015 par 197 pays et est entré en vigueur le 4 novembre 2016.

La conférence accueillera également des événements de niveau ministériel dont le Dialogue Talanoa, qui vise à remonter le niveau d’ambition et accélérer la mise en œuvre d’actions pour lutter contre le réchauffement climatique, de même que des dialogues sur le soutien financier aux pays en voie de développement et la mise en application de l’agenda pré-2020 en accord avec la convention-cadre et son Protocole de Kyoto.

L’Afrique du Sud a identifié un certain nombre de priorités pour la COP24, soulignant l’importance de garantir une négociation en profondeur concernant les exigences et besoins techniques des nations en vue d’atténuer le changement climatique et de s’y adapter.

© Bur-csa – A.H / N.A – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr