Face à la crainte d’une année blanche, le tout Bissau réclame la réouverture des écoles publiques

Les enseignants en grève depuis bientôt 60 jours. Photo : Africanews/Video

NEWSROOM (ADV) – Les élèves et étudiants ont manifesté de nouveau ce lundi dans les rues de Bissau et en face du ministère de l’Education nationale pour exiger l’ouverture des écoles publiques paralysées depuis le 2 octobre.

La manifestation a été dispersée à coup de gaz lacrymogènes par la police.

“Nous continuerons à manifester jusqu’à la reprise des cours dans les écoles publiques”, a déclaré Frenic da Silva, porte-parole des manifestants.

Depuis dimanche, des élèves passent la nuit au ministère de l’Education pour appuyer le mouvement qui touche les écoles privées qui ont été obligées de fermer leurs portes de peur de subir les attaques d’élèves des écoles publiques.

Le 22 novembre dernier, le parlement a approuvé le statut de carrière des enseignants, principale revendication des syndicats dont la grève paralyse le système éducatif.

Tout en se félicitant de cette décision, le porte-parole des trois syndicats d’enseignants, a affirmé que la grève se poursuivra jusqu’à ce que le gouvernement réponde à toutes leurs revendications qui portent, entre autres, sur le paiement des salaires aux nouveaux professeurs et aux professeurs contractuels.

Cette grève des enseignants a provoqué une polémique entre les ministères de l’Education et de la Fonction publique au sujet du nombre d’enseignants dans le secteur de l’éducation.

La Fonction publique a affirmé qu’il y a fraude sur le nombre d’enseignants, ce que le ministère de l’Education a réfuté.

© Bur-csa – N.A – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr