RDC : L’UDPS lance sa campagne électorale samedi à Matadi

Félix Tshisekedi. Photo : AL

RDC, Kinshasa (ADV) – En République Démocratique du Congo, la Commission Électorale Nationale Indépendante a procédé au lancement de la campagne électorale le 21 novembre dernier.

Partout dans le pays, tout vibre au rythme de cette campagne où des affiches et banderoles de chaque candidat sont visibles.

A l’opposition, la première force politique n’est pas en reste. Selon un communiqué rendu public vendredi 23 novembre 2018, la présidence du parti de feu Étienne Tshisekedi annonce que le secrétaire général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, “UDPS”, Jean-Marc Kabund, va lancer officiellement la campagne électorale ce samedi 24 novembre 2018, à Matadi dans la province du Kongo-Central.

“Il est demandé à toute la population ainsi qu’à la base, non seulement de la province du Kongo-Central, mais aussi celles de toute la République, de communier à ce grand événement prévu pour ce samedi 24 novembre 2018 à Matadi, chef-lieu de la province du Kongo Central”, indique le département de communication, information et média de l’UDPS.

Pendant ce temps, le président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, Félix Tshisekedi séjourne toujours en Europe où il poursuit ses pourparlers avec son homologue de l’Union pour la Nation Congolaise, “UNC”, Vital Kamerhe, en vue de dégager un consensus sur une candidature commune à la présidentielle de décembre 2018.

Cependant, une autre frange de l’opposition ayant désigné Martin Fayulu comme candidat commun, ne s’est pas encore prononcée de manière officielle sur sa participation aux élections de décembre.

Elle exige la mise à l’écart de la machine à voter et le nettoyage du fichier électoral des enrôlés sans empreintes digitales.

Ce vendredi 23 novembre, le secrétaire exécutif de Ensemble pour le changement de Moïse Katumbi, a dans une interview accordée aux médias locaux, expliqué que sa plateforme publiera les résultats des élections avant la CENI, grâce à ses témoins. Delly Sesanga n’a cependant pas précisé s’ils ont finalement accepté la machine à voter ou pas.

Pour la CENI, les élections se tiendront avec la machine à voter. Elle a par ailleurs insisté sur la surveillance électorale seul moyen d’éviter la fraude.

© Bur-csa – A.H – N.A / De notre correspondant régional Jephté Kitsita – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr