Gamal Abdel Nasser, l’héritage d’une vie pour l’Afrique

Gamal Abdel Nasser, Président de la République égyptienne de 1956 jusqu’à sa mort en 1970. Photo : DR

ar en

NEWSROOM (ADV) – Le 28 septembre 1970 semble être une journée comme les autres au Caire jusqu’au moment où la voix d’Anouar el-Sadat, vice-président à l’époque, résonne à travers les radios et télévisions du pays, annonçant la mort de celui qui fut le père de l’Egypte. Retour en images sur les moments forts de Gamal Abdel Nasser, dernier pharaon de la République arabe d’Egypte et leader éclairé du continent africain.

Au collège, Nasser rêvait déjà de voir son pays libéré du joug britannique. Pendant de longues années, le dernier pharaon d’Egypte a lutté contre l’impérialisme, la monarchie et le féodalisme avant d’être élu Président de la République égyptienne en 1956. Sous son mandat, l’éducation devient gratuite, faisant rêver d’ascension sociale les plus démunis.

C’est d’un ton déterminé et d’une assurance sans pareil que Gamal Abdel Nasser avait annoncé au monde entier son refus de l’aide internationale :

« Si les Etats-Unis pensent qu’ils nous versent des aides dans le but d’exercer un pouvoir sur nous et sur notre politique, nous leur répondons : non, nous sommes navrés. Nous sommes prêts à baisser notre consommation de thé, à baisser notre consommation de café, et à baisser notre consommation de quelques produits, mais nous garderons notre indépendance. Nous ne perdrons pas ce que nous avons gagné en 1956 ».

« Si aujourd’hui nous buvons du thé 7 jours, nous n’en boirons plus que 5 jours, jusqu’à ce que nous construisons notre pays », avait-il ajouté.

Président de la République égyptienne, père fondateur du panafricanisme, leader des pays non-alignés, Nasser s’est battu jusqu’à son dernier souffle afin de faire de l’Egypte un exemple culturel et diplomatique pour le monde arabe, mais également pour le continent africain.

© Bur-csa – A.H – Oumaima Derfoufi – African Daily Voice (ADV) – Retrouvez-nous sur Twitter : @ADVinfo_fr