RDC : vague d’indignations après le décès de deux étudiants tués par la police

l'Université de Kinshasa, UNIKIN. Photo: DR

RDC, Kinshasa (ADV) – C’est l’indignation totale en République démocratique du Congo après l’annonce par la police nationale congolaise du décès de deux étudiants le vendredi 16 novembre.

Au départ, une marche organisée par les étudiants de l’Université de Kinshasa, “UNIKIN”, lundi dernier pour protester contre la grève des professeurs avait mal tourné et a été violement réprimée par les éléments de la police qui ont fait usage des balles réelles pour les disperser.

Pendant la répression, deux d’entre eux ont reçu des balles en plein site universitaire pourtant et avaient été admis aux soins.

L’affaire a pris une toute autre dimension lorsque vendredi 16 novembre, l’annonce du décès de ces deux étudiants a été faite par la Police.
Selon le Commissariat provincial de la police de Kinshasa, Hyacinthe Kimbafu, étudiant en génie civil et Rodrigue Eliwo, étudiant en biologie, ont succombé de leurs blessures causées par les tirs des balles jeudi dernier.

“Déjà, le policier qui a tiré lundi sur un de deux étudiants décédés a été mis aux arrêts et sera déféré à l’auditorat militaire. Le commissariat provincial présente ses sincères condoléances aux familles éplorées et à toute la communauté estudiantine”, a déclaré le général Sylvano Kasongo.
Aussitôt la nouvelle répandue, c’est une série d’indignations qui s’en est suivie. Acteurs politiques tout comme sociaux, tous ont manifesté leur désolation quant à ce.
“Les étudiants de l’UNIKIN ont seulement réclamé le droit de reprendre les cours. 2 se font tuer par les balles de la police. Condoléances aux proches et familles.

Encore une fois, la folle répression tue. Les responsables au plus haut niveau de l’État doivent être jugés”, a indiqué Moïse Katumbi vendredi dernier.
Le président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès social n’est pas resté indifférent quant à cette situation.
“Pourquoi une telle barbarie? Au nom de quel principe peut-on se permettre de causer la mort sur un campus d’université? Un crime de plus à mettre au bilan de la Kabilie et qui restera impuni. Non Congo, il est temps de dire ça suffit! On en a assez de servir de chair à canon”, s’est exprimé Félix Tshisekedi ce samedi 17 novembre dans la matinée.
Martin Fayulu candidat commun de l’opposition, Jean-Pierre Bemba président du Mouvement de libération du Congo et bien tant d’autres, tous ont manifesté leur regret et indignation face à ce triste événement.

Le gouvernement de la RDC a réagi par l’entremise de son ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire. Dans un point de presse tenu vendredi 16 novembre, ledit ministre a exigé des sanctions adéquates à l’endroit de ces deux policiers.

“Les balles réelles sont interdites sur les sites universitaires. J’exige une peine exemplaire contre les policiers responsables des tirs qui ont engendré la mort. Celui qui avait tiré le lundi 12 novembre dernier est aux arrêts. L’autre doit être identifié. Mes condoléances aux familles éprouvées”, a indiqué Steve Mbikayi.

Le ministre a également annoncé la signature d’un accord avec les professeurs de l’UNIKIN afin de surseoir la grève. Pour le moment, le climat reste très tendu au niveau du campus universitaire de l’UNIKIN.

© Bur-csa – N.W / De notre correspondant régional Jephté Kitsita – African Daily Voice (ADV)