Afrique : ces faux médicaments qui tuent

Vente de faux médicaments. Photo : DR

ar en

NEWSROOM (ADV) – L’Afrique est devenue le terrain de jeu préféré des trafiquants de faux médicaments, un business fructueux qui fait des centaines de milliers de victimes. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), près de 100 000 décès par an sont liés à ce commerce.

Ce marché noir est estimé à environ 15% du marché pharmaceutique mondial : soit 200 milliards de dollars, selon une étude du World Economic Forum. Un chiffre qui a quasiment triplé en cinq ans.

“Pour vendre des faux médicaments, il faut avoir une clientèle, or les malades pauvres sont plus nombreux sur le continent africain que partout ailleurs dans le monde “, explique le professeur français Marc Gentilini, spécialiste des maladies infectieuses et tropicales et ancien président de la Croix-Rouge française.

 

 

Plus lucratif encore que le trafic de drogue, cette nouvelle forme de criminalité a un avantage indéniable pour les délinquants. Ces derniers sont rarement punis ou ne sont condamnés qu’à des peines légères.

Face à l’ampleur du drame, la riposte s’organise. Des États et des institutions tentent d’apporter des réponses adaptées.

Interpol a saisi en août 2017 environ 420 tonnes de produits médicaux de contrebande en Afrique de l’Ouest. L’opération avait mobilisé un millier de policiers, douaniers et agents de la réglementation des produits de santé de 7 pays: Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Nigeria et Togo.

La Fondation Chirac poursuit le plaidoyer politique lancé le 12 octobre 2009 par le Président Jacques Chirac lors de l’Appel de Cotonou en 2009. Elle exhorte les pays riches et les pays pauvres, tous concernés par ce drame, à adopter la Convention Médicrime, une convention internationale pour la lutte contre les faux médicaments, initiée par le Conseil de l’Europe.

Aujourd’hui, seuls 27 pays dans le monde ont signé Médicrime dont trois africains : le Maroc, la Guinée et le Burkina Faso.

© Bur-csa – A.H – African Daily Voice (ADV)