Le Forum de Paris veut faire avancer la paix, sur fond de critiques

Cent ans après la fin de la première guerre mondiale, le Forum de Paris sur la Paix rappelle qu’il y a une urgence à agir. Photo : DR

Paris, France (ADV) – Réunir tous les acteurs de la gouvernance mondiale pour redonner corps au multilatéralisme et à l’action collective, telle est l’ambition de la première édition du Forum de Paris sur la Paix qui s’est ouvert dimanche 11 novembre 2018 dans la capitale française. Après les chefs d’Etat et de gouvernement, place aux organisations non-gouvernementales.

Selon les initiateurs de l’événement, “les tensions internationales croissent” alors que “la réponse aux enjeux globaux n’a jamais été aussi urgente”. Ainsi donc, face à ces défis, le Forum de Paris sur la Paix entend réunir tous les acteurs de la gouvernance mondiale pour redonner corps au multilatéralisme et à l’action collective.

Lancé hier en marge du Centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, le Forum de Paris sur la Paix est l’occasion de rapprocher acteurs politiques et citoyens ainsi que tous les acteurs engagés dans la recherche et la mise en œuvre de solutions à ces défis globaux (conflits armés, réchauffement climatique, déstabilisation de l’Internet, etc.).

Plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement d’Afrique participent au Forum de Paris sur la Paix. Photo : DR

Acteurs de la société civile, dirigeants d’organisations régionales et internationales, chefs d’État et de gouvernement se rencontrent librement pour faire émerger les solutions de demain.

Sur le fond comme sur la forme, le Forum de Paris sur la Paix n’est pas conçu comme un sommet, un salon ou une conférence internationale classique, tiennent toutefois à préciser ses organisateurs. Il place en son cœur les solutions innovantes qui répondent aux défis d’aujourd’hui en matière de gouvernance et, autour desquelles, toutes les séquences sont organisées.

Le Forum de Paris ne fait pas l’unanimité, essuyant notamment les critiques de nombreux observateurs qui dénoncent, via le réseau social Twitter, « l’hypocrisie » de certaines grandes puissances, promptes à mener des guerres dans le monde pour « vendre des armes ».

Cent ans après la fin de la Première Guerre mondiale, le Forum de Paris sur la Paix rappelle toutefois qu’il y a une urgence à agir, qui exige action concrète, liberté de ton, et dialogue ouvert entre tous les acteurs.

© Bur-csa A.H – DP-RC / De nos envoyés spéciaux – African Daily Voice (ADV)