La Banque africaine de développement appelle l’Afrique à devenir autonome

Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement au Forum sur l'investissement en Afrique 2018 Photo : twitter (Africa Investment Forum)

ar en

Johannesburg, Afrique du Sud (ADV) – S’exprimant lors de l’ouverture du Forum africain de l’investissement au Sandton Convention Center en Afrique du Sud, le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, a exhorté le continent africain à “cesser d’être un cas désespéré d’aide et un musée de la pauvreté”.

“Nous ne serons pas le musée de la pauvreté dans le monde”, a déclaré Adesina, soulignant que le continent africain devait désormais occuper la place qui lui revient de par le monde pour être perçu comme une destination pour l’investissement.

 

Publiée par African Development Bank Group sur Mercredi 7 novembre 2018

 

Premier forum du genre sur le continent, le Africa Investment Forum, une entreprise de la BAD, réunit des promoteurs de projets, des fonds de pension, des fonds souverains, des investisseurs privés, des décideurs, des sociétés de capital-investissement et des chefs de gouvernement afin de lever des fonds pour faire progresser le programme de transformation économique de l’Afrique.

« Aucun pays ne s’est développé grâce à l’aide, mais des pays se sont développés selon la discipline de leurs investissements. Pendant trop longtemps, l’Afrique a été considérée comme une destination de développement. Je veux que notre Afrique soit une destination d’investissement. », ajoute Adesina.

«Le rôle de leadership est très important. Les présidents s’adressent maintenant au parti. Cela veut dire que les présidents sont en réalité les PDG de leurs pays. Nous ne sommes pas ici pour discuter de l’aide, nous devons augmenter, accélérer et créer des synergies. On estime que les besoins de développement de l’Afrique nécessiteront entre 600 et 700 milliards USD par an. » , ajoute-t-il.

Le Premier ministre sud-africain du Gauteng, David Makhura, a déclaré que le forum avait lieu aux moments les plus excitants pour la province du Gauteng.

Selon David Makhura, “Il est temps que l’Afrique passe de l’aide au développement et de la pauvreté à la prospérité. En tant que province du Gauteng, nous devons garantir aux investisseurs une sécurité politique dans l’environnement africain.”

“Nous devons améliorer la facilité des affaires. L’environnement réglementaire et la fixation des institutions publiques.”, ajoute-t-il.

Bennedict Oramah, président d’Africa Export Export Bank (Afreximbank), a également invité l’Afrique à s’unir et à s’attaquer aux problèmes communs.

“L’avenir de l’Afrique dépendra de l’intégration du continent. Seul, nous sommes faibles. Ensemble, nous sommes forts”, a déclaré Oramah.

© Bur-csa – A.H / De notre correspondante régionale Mkhululi Chimoio – African Daily Voice (ADV)