Sierra Leone : les chimpanzés paient au prix fort l’action de l’homme

Nature en danger: en Sierra Leone, les chimpanzés paient le prix fort. Photo : AFP

NEWSROOM (ADV) – En plus de voir son habitat naturel détruit par les hommes en Sierra Leone, le chimpanzé est victime des braconniers qui le traque pour le revendre comme animal de compagnie ou pour le dépecer.

Chassés par les braconniers pour sa viande ou tués par des agriculteurs en représailles des dégâts qu’ils causent dans les plantations, ces « chimpanzés verus », du nom de leur sous-espèce, voient aussi leur habitat, la forêt tropicale des alentours de Freetown, en principe zone protégée, se réduire par une urbanisation croissante et l’exploitation du bois, soulignent des spécialistes à l’occasion de la sortie mardi du rapport alarmant « Planète vivante » du Fonds mondial pour la nature (WWF).

Le fondateur et directeur du sanctuaire, Bala Amarasekaran, estime que pour chaque petit chimpanzé recueilli et soigné dans sa réserve, une dizaine d’autres perdent la vie.

Selon ses calculs, « de 70 à 100 » chimpanzés ont donc été tués au cours des trois ou quatre derniers mois.

La population de cette sous-espèce de chimpanzés d’Afrique de l’Ouest, a chuté de 80% entre 1990 et 2014, confirme une étude de l’American Journal of Primatology. Il en resterait environ 5.500 en Sierra Leone, soit quelque 10% de ces cousins de l’homme encore en liberté, qui ont déjà disparu du Burkina Faso, du Benin, de Gambie et peut-être du Togo, selon la même source.

© Bur-csa – A.H – African Daily Voice (ADV)