Niger : les violences poussent plus de 40.000 à se déplacer dans l’Ouest du pays

Des déplacés fuyant de Boko Haram au Niger. Photo : L’express

Alger, Algérie (ADV) – Les violences ont poussé plus de 40.000 personnes à se déplacer dans la région de Tillabéri,et Tahoua dans l’Ouest du pays depuis le début de cette année, rapporte le 19 octobre, l’agence Voice Of Africa, citant un bulletin du Bureau de coordination des affaires humanitaires (Ocha) de l’ONU.

L’OCHA a présenté, une évaluation faite entre janvier et septembre 2018, sur le nombre des déplacés dans cette région frontalière avec le Mali, d’où proviendraient des éléments terroristes semant la violence dans l’Ouest du Niger. Le nombre de ces déplacés n’était que de 450 lors du début du recensement en janvier dernier, indique le bureau onusien, qui précise que ces violences empêchent l’acheminement de l’aide humanitaire d’urgence qui reste d’ailleurs très ‘’ insuffisante ‘’.

« En juillet dernier, un premier corridor humanitaire, “négocié” avec la Force conjointe du G5-Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Mauritanie et Tchad), avait déjà permis au Programme alimentaire mondial PAM et à des ONG d’acheminer des vivres et des biens non alimentaires à 5.570 déplacés situés dans la “zone rouge” », indique l’OCHA.

Ces nouvelles statistiques viennent s’ajouter aux centaines de milliers de déplacés de la région de Diffa, dans le Sud-est du pays, qui fuient les attaques terroristes du groupe Boko Haram, qui s’infiltrent depuis l’autre voisin aux frontières hautement menaçantes, le Nigeria.

© Bur-csa – N.W / De notre correspondante régionale Selma Kasmi – African Daily Voice (ADV)