RDC : 11 des 21 candidats présidents exigent la mise à l’écart immédiate de la machine à voter

11 candidats présidents exigent la mise à l'écart de la machine à voter. Photo : Jephté Kitsita

RDC, Kinshasa (ADV) – Dans une déclaration, jeudi 18 octobre 2018, 11 candidats à l’élection présidentielle du 23 décembre prochain, ont haussé le ton pour exiger un certain nombre de choses, en rapport avec le processus électoral.

Il s’agit de Martin Fayulu, Marie-Josée Ifoku, Théodore Ngoy, Sylvain Masheke, Noël Tshiani, Jean Mabaya, Joseph Mba Maluta, Freedy Matungulu, Kin-Kiey Mulumba, Seth Kikuni et Radjabho Tebabo, qui se sont réunis le 15 octobre dernier, pour examiner la suite à donner aux échanges organisés entre la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et tous les candidats présidents.

Pour ces candidats, le mode de vote autorisé par le législateur congolais est celui par bulletin papier et mettent un accent particulier sur les règles de jeu similaires pour tous les candidats, pour un processus électoral crédible.

Ils ont, dans la foulée, exigé un certain nombre de choses parmi lesquelles :

  • La mise à l’écart immédiate de la machine à voter (vote électronique) du processus électoral en cours parce qu’interdite par la loi électorale et non prévue dans le calendrier publié par la CENI .
  • L’accès égal, immédiat, aux médias publics en particulier la Radio Télévision Nationale Congolaise “RTNC”, de tous les candidats présidents de la République .
  • Le respect des droits humains et des libertés fondamentales, plus particulièrement ceux portés par les dispositions de l’article 26 de la constitution.

Au terme de leur déclaration commune, les 11 candidats précités appellent le peuple congolais à demeurer vigilant et à continuer d’exiger un processus électoral conforme à la loi.

Ils ont en outre, appelé la communauté internationale à exiger le respect des règles du jeu établies en RDC, pour des élections démocratiques, inclusives, transparentes et apaisées.

À noter, l’absence de Vital Kamerhe ou encore de Félix Tshisekedi, deux favoris à la désignation du candidat commun de l’opposition pour la présidentielle. Quelques cadres de ” Ensemble pour le Changement ” de Moïse Katumbi, par contre, ont pris part à cette déclaration, à l’instar de Jean-Bertrand Ewanga et Claudel Lubaya.

© Bur-csa – DP-RC / De notre correspondant régional Jephté Kitsita – African Daily Voice (ADV)