Burundi : un élu d’opposition accusé de comploter contre la vie du président

Pierre-Célestin Ndikumana, président du groupe parlementaire de la Coalition «Amizero y'Abarundi». Photo : Twitter, Ikiriho

NEWSROOM (ADV) – Le ministère burundais de la Sécurité publique a accusé le président du groupe parlementaire d’opposition Amizero y’Abarundi, Pierre-Célestin Ndikumana, d’avoir planifié l'”élimination” du président Pierre Nkurunziza ainsi que celle d’autres hautes personnalités burundaises.

Dans une allocution à la télévision publique burundaise, le porte-parole du ministère de la Sécurité publique, Pierre Nkurikiye, a évoqué un complot visant selon lui à éliminer le président, mais aussi son vice-président Gaston Sindimwo, le deuxième vice-président Joseph Butore et le président de l’Assemblée nationale Pascal Nyabenda.

Trois membres présumés d’un commando devant abattre M. Nkurunziza ont déjà été arrêtés et ont été présentés à la télévision jeudi soir, dont un homme ayant travaillé comme domestique chez le député Ndikumana pendant quelques mois en 2015.

“Les détails de (ce complot, ndlr) se trouvent sur cette feuille de papier écrite par le criminel que vous venez de voir alors qu’il se trouvait dans la voiture de l’honorable Pierre-Célestin Ndikumana et sous sa dictée”, a assuré le porte-parole Nkurikiye.

Selon ce dernier, l’ancien domestique de M. Ndikumana a avoué avoir été recruté par M. Ndikumana dans le but de perpétrer les assassinats en question, et a également avoué avoir tenté d’assassiner début octobre un couple de députés du parti au pouvoir, Hilaire Ntahonvukiye et Justine Niyongabo, toujours sur l’instigation de M. Ndikumana.

L’enquête va se poursuivre pour identifier toutes les personnes” qui sont derrière le complot allégué.

© Bur-csa – N.A / A.H – African Daily Voice (ADV)