La Tunisie adopte une loi contre le racisme, l’incitation à la haine et la discrimination

L'Assemblée des représentants du peuple de Tunisie a voté mardi 9 octobre la loi sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale. Photo : AFP

ar

Dakar, Sénégal (ADV) – Le parlement tunisien a adopté mardi 09 octobre une loi contre le racisme revendiquée avec insistance depuis des années par des associations qui luttent pour la défense des minorités.

Intitulée « loi fondamentale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale », la nouvelle loi a été votée par 125 députés contre six abstentions et une contre.

« C’est un moment historique. C’est le fruit de sept ans de combat », s’est exclamée dans une vidéo postée sur la toile, la présidente de l’Association tunisienne de soutien aux minorités (ATSM), Yamina Thabet.

Ladite loi prévoit des peines de un à trois ans de prison pour les auteurs d’actes racistes et d’une amende de 1.000 à 3.000 dinars (300 à 1.000 euros)

Traînant depuis plus de quatre mois dans les tiroirs de la commission parlementaire des droits et des libertés, l’adoption du texte a été accélérée suite à l’agression violente d’un ressortissant ivoirien en juillet dernier dans les rues de Tunis qui a ému les internautes et la société civile.

Pour rappel, la Tunisie accueille des milliers d’étudiants subsahariens inscrits dans ses universités. Certains font l’objet d’agressions sporadiques verbales ou physiques en raison de la couleur de leur peau.

A l’occasion de la « journée nationale contre le racisme », Le premier ministre tunisien Youssef Chahed avait considéré que de tels actes sont “intolérables” dans la Tunisie post-révolution.

La loi définit la discrimination raciale comme étant « toute distinction, exclusion, restriction ou préférence fondée sur la race, la couleur, l’ascendance ou d’autres formes de discrimination raciale au sens des traités internationaux ratifiés, qui entraînerait des perturbations, une obstruction ou une privation ».

« La discrimination raciale est toute situation résultant de dispositions, de mesures ou de normes qui semblent être objectives et dont l’application est fondée sur la race, la couleur, l’ascendance ou d’autres formes de discrimination raciale », ajoute le texte.

Bur-csa – A.H / De notre correspondante régionale Ndeye Magatte Kebe – African Daily Voice (ADV)