Afrique : 542 millions d’Africains vivent sans aucun document d’identité

Plus de 500 millions d'Africains vivent toujours sans identité officielle. Photo : ME

Alger, Algérie (ADV) – La Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique, Vera Songwe, a indiqué lors de la table ronde sur l’identification pour le développement, tenue le 01 octobre, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU), que 542 millions d’Africains vivent actuellement sans identité.

La grande partie de ces habitants du continent africain ne possédant aucun document les identifiant “sont des personnes jeunes”, a constaté la Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique.

La Banque Mondiale a également révélé le même jour lors d’une étude, que les ressortissants de l’Afrique subsaharienne représenteraient l’énorme majorité (494 millions d’individus) de cette population sans preuve d’identité officielle.

Déjà en 2013, une étude du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), avait démontré que près des deux tiers des enfants africains, âgés de moins de cinq ans, n’ont pas de certificat de naissance.

La population du continent comptant plus 1.3 milliards d’individus, les personnes vivant sans aucun document d’identité, représenteraient ainsi près de la moitié des habitants du continent noir.

Pour pallier urgemment cette situation, la Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique a plaidé devant dirigeants africains ayant assisté à cette table ronde, le passage immédiat à l’identité numérique. « L’identité numérique consiste à responsabiliser les individus et à protéger leurs droits », a-t-elle insisté, avant d’exhorter les pays africains à créer de manière proactive des identités numériques, afin d’offrir à leurs citoyens un moyen sûr et rapide d’accéder aux services électroniques, accélérant ainsi l’accès à l’inclusion financière, aux opportunités économiques, l’accès et à la connectivité mobiles, aux services gouvernementaux et aux processus démocratiques.

© Bur-csa – N.A / De notre correspondante régionale Selma Kasmi – African Daily Voice (ADV)