RD Congo : Le CASC accuse les autorités d’incapacité à sécuriser la population

Un barrage de police à Kinshasa, en RDC photo: Reuters

RDC, Kinshasa (ADV) – Le Collectif d’Actions de la Société civile “CASC” condamne les tueries qui ont eu lieu à Beni le week-end passé, dans la province du Nord-Kivu.

Dans un communiqué de presse rendu public ce mercredi 26 septembre 2018, cette structure relève que cette insécurité généralisée est consécutive au refus du gouvernement d’appliquer l’Accord politique global du 31 décembre 2016 qui a pour objectif principal, le règlement définitif de la crise politique et la mobilisation de toutes les forces vives de la Nation dans la défense du territoire national.

“Cette situation d’insécurité permanente traduit l’incapacité de l’État congolais à sécuriser ses populations à l’intérieur de ses frontières. Il faut que les véritables responsabilités soient dégagées afin qu’ils subissent sans désemparer la rigueur de la loi”, exige le CASC.

Dans la nuit du 22 au 23 septembre dernier, des rebelles ADF ont fait incursion dans la ville de Beni au Nord-Kivu, tuant au passage 19 personnes dont 15 civils et 4 militaires.

S’agissant du processus électoral en cours en RDC, le Collectif d’Actions de la Société Civile confirme la continuité d’une série d’actions pacifiques d’envergure visant la mise en œuvre de la Transition Citoyenne sans Joseph Kabila, seul schéma alternatif pour l’organisation des bons scrutins qui éviteront au pays de plonger dans une spirale de violence poste électorale.

“La construction d’un État viable et sûr pour chaque Congolais passe inéluctablement par ce schéma!”, préconise le CASC.

le CASC appelle par ailleurs les partis et regroupement politiques de l’opposition, les confessions religieuses, les autres forces vives de la Nation ainsi que l’ensemble du peuple congolais “à adopter son combat et à se joindre à lui pour sauver la nation en péril”.

Le 19 septembre dernier, le Collectif d’Actions de la Société Civile avait organisé un sit-in devant l’hôtel du gouvernement à Kinshasa, pour exiger une transition citoyenne sans Kabila. Une manifestation qui a été étouffée par les éléments de la police nationale congolaise.

© Bur-csa – A.H / De notre correspondant régional Jephté Kitsita – African Daily Voice (ADV)