Mali : au moins 12 civils touaregs ont été tués par des hommes armés

Des hommes armés près de Ménaka au Mali. Photo : AFP

Dakar, Sénégal (ADV) – C’est au moins douze civils qui ont été tués, mardi 25 septembre, par des hommes armés, non loin du bourg d’Inekar, à quelques dizaines de kilomètres de la ville de Ménaka, selon le chef-lieu de la région du nord du Mali.

Selon les témoignages, « des hommes armés circulant à moto sont arrivés sur les lieux. Certains portaient des armes en bandoulière, d’autres des grenades à la ceinture ».

Il y a eu d’abord des scènes de violence contre les populations civiles, puis des exécutions sommaires. Et avant de battre en retraite, les assaillants auraient annoncé aux civils épargnés qu’ils reviendraient.

Même si la cause de ces actes est inconnue, la quasi-totalité des victimes sont des Touaregs de la fraction des Ibogolitans. Ils cohabitent notamment avec les Touaregs de la fraction Idourfane.

Selon Radio France Internationale (RFI), un détachement de l’armée malienne accompagné d’éléments de groupes armés impliqués dans le processus de paix devrait se rendre sur les lieux ce mercredi.

Notons que, quelque deux cents personnes, dont de nombreux civils, appartenant surtout aux communautés peule et touareg, ont péri depuis le début de l’année dans cette région.

La zone est le théâtre d’affrontements qui opposent notamment des djihadistes ayant prêté allégeance à l’organisation Etat islamique (EI) et deux groupes principalement touareg soutenant la force française « Barkhane » et l’armée malienne : le Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia) et le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA).

© Bur-csa – N.K / De notre correspondante régionale Ndeye Magatte Kebe / A.H – African Daily Voice (ADV)