Les 5 principales tendances qui guideront le marché des capitaux privés africains en 2018

Woman holding marker. Photo : Unsplash

Casablanca, Maroc (ADV) – La croissance économique de l’Afrique, ainsi que son paysage géopolitique de plus en plus stable, entraîneront probablement davantage d’investissements de capitaux privés sur ce continent au cours des prochains mois, notamment des investisseurs chinois.

Selon le Quantum Global African Investment Index, en 2015, les cinq principales destinations d’investissement africaines, dont le Botswana, le Maroc, l’Afrique du Sud et la Zambie, ont collectivement attiré 13,6 milliards de dollars d’investissements directs étrangers, démontrant clairement l’intérêt croissant des acteurs internationaux sur le continent.

De même, les capitaux privés ont participé davantage au financement du secteur public sur les marchés en développement tels que l’Afrique.

Nous résumons ici les 5 tendances qui soutiennent cette “fièvre” d´investisseurs en Afrique:

1. Plus grand flux de transactions:

Les conditions démocratiques dans la plupart des pays d’Afrique ont donné confiance aux investisseurs. Le flux d’accords était déjà élevé et, compte tenu de la croissance économique, il continuera de l’être en 2018.

2. Redressement économique de l’Afrique de l’Ouest:

L’amélioration des prix des produits combinée à la reprise attendue dans la région entraînera de nouveaux investissements en Afrique de l’Ouest.

Selon les analystes, le prix du pétrole atteindra 58 dollars le baril en 2018. Cela profitera au Nigeria et à l’Angola, ce qui pourrait atténuer les pressions des dépenses publiques.

De même, le FMI prévoit une croissance de 9% pour le Ghana en 2018.

3. Amélioration des conditions mondiales de liquidité:

Avec la projection d’une augmentation de la production de pétrole et une augmentation des prix du pétrole en 2018, les taux de liquidité en devises devraient également augmenter à l’échelle mondiale. Par conséquent, le capital privé en Afrique offrira un taux de rendement beaucoup plus élevé que celui des actifs en espèces et à revenu fixe.

4. Le Nigeria attire plus d’investissements:

L’économie nigériane devrait atteindre 650 milliards d’ici 2022, les perspectives à moyen et long termes sont optimistes, avec des arguments solides qui sous-tendent les prévisions de croissance, en particulier dans les secteurs non-pétroliers. Cependant, le Nigeria fait face à un déficit d’investissement dans les infrastructures de 878 milliards de dollars entre 2018 et 2040. Ceci est soutenu par une augmentation annuelle du PIB de 4,1% par rapport à une population qui augmente de 2,4% par an, toujours sur les tendances actuelles.

5. Diversification des actifs chinois:

Le ralentissement probable de l’économie chinoise amènera les investisseurs chinois à explorer davantage d’opportunités sur les marchés émergents. On sait l’appétit inné des investisseurs chinois pour divers actifs en Afrique, corroboré par une histoire d’investissements dans diverses classes d’actifs en Afrique, comme l’un des plus longs chemins de fer d’Afrique, de la Tanzanie à la Zambie, le chemin de fer TAZARA de 1860 km.

© Bur-csa – A.H – African Daily Voice (ADV)