RDC : un pasteur invite la majorité présidentielle à cesser de jouer au défenseur de la CENI

Serge Lukanga, invite la majorité présidentielle à cesser de jouer au défenseur de la Commission électorale nationale. Photo : Radio Okapi

Kinshasa, RDC (ADV) – A l’occasion du 5ème anniversaire de son église, Communauté Cité de Paix, qui coïncide avec la Journée internationale de la Paix vendredi 21 septembre, le pasteur Serge Lukanga a invité la Commission électorale nationale indépendante (CENI), à convaincre toutes les parties prenantes au sujet de l’usage de la machine à voter, a appris ADV.

Pour Serge Lukanga, la majorité présidentielle doit cesser de faire la défense de la machine à voter.

« Ce n’est pas elle qui a amené la machine à voter. Ils doivent laisser la CENI qui nous amené cette machine convaincre tout le monde ».

Pour lui, il est encore temps d’organiser les élections avec les bulletins papiers prévus dans le calendrier électoral et l’accord de la Saint Sylvestre.

« La machine à voter n’est prévue nulle part, c’est un instrument qui est venu d’ailleurs, mais il faut mettre tout le monde d’accord pour éviter des troubles après les élections. L’opposition aussi doit éviter de tout rejeter, il faut d’abord tester, expérimenter…avant de refuser quelque chose », a souligné Serge Lukanga.

Par ailleurs, il a lancé un message à la paix, à l’unité et la réconciliation entre les Congolais en ce jour de commémoration de la Journée internationale de la Paix.

Pour lui, les prochains dirigeants doivent être les enfants de Dieu. « Si vous voulez être sénateur, allez-y, je vous encoure. Il n’y a pas incompatibilité entre la chrétienté et la politique, les grands serviteurs de Dieu dans la Bible étaient des rois. Mais la politique pour mentir ne concerne pas les chrétiens », a-t-il expliqué.

En RDC, au moins de 3 mois de l’organisation des élections, aucun compromis n’a été dégagé entre la CENI et les parties prenantes au processus électoral concernant la machine à voter. Si la majorité présidentielle soutient cette initiative, l’opposition et la société s’inscrivent en faux et exigent l’impression de bulletins papiers conformément à l’accord et au calendrier électoral.

Les leaders de l’opposition ont d’ailleurs annoncé un meeting populaire le 29 septembre prochain pour donner des nouvelles directives.

© Bur-csa – N.W / De notre correspondant régional Jephté Kitsita – African Daily Voice (ADV)