RDC : la CENI installe des machines à voter aux aéroports de Kinshasa pour la sensibilisation

L’installation des machines à voter aux aéroports de Kinshasa en RDC. Photo : Africa23

Kinshasa, RDC (ADV) – La Commission électorale nationale indépendante a procédé à l’installation des machines à voter aux aéroports de la capitale pour la sensibilisation, a appris ADV.

Les élections approchent en République démocratique du Congo (RDC), et la Commission électorale nationale indépendante (CENI), institution chargée de les organiser, poursuit sans fléchir la sensibilisation sur l’utilisation de la machine à voter.

C’est dans cette optique que ce vendredi 21 septembre 2018, le vice-président de la CENI, Norbert Basengezi, a visité à tour de rôle les aéroports internationaux de N’djili et de Ndolo, où 4 et 2 machines ont été respectivement installées au profit des voyageurs.

“L’aéroport de N’djili reçoit plus ou moins 100.000 personnes par mois. Ce qui signifie, que nous atteindrons plus ou moins 1.000 familles d’accueil par mois. Ce partenariat ne se limite pas à ces deux aéroports mais dans toutes les pistes aérodromes et aéroports de la République démocratique du Congo, par la lettre que le directeur général de la Régie des voies aériennes, a adressé à ses cadres qui sont à l’intérieur du pays”, a indiqué Norbert Basengezi.

Pour la Commission électorale nationale indépendante, les critiques envers la machine à voter qui, sera coûte que coûte utilisée le 23 décembre prochain, ne vont pas dans le sens à motiver les électeurs.

“Plus nous critiquons la machine, moins nous aurons d’électeurs mais moins nous critiquons la machine, plus nous aurons beaucoup d’électeurs. Ce n’est pas la sensibilisation de la CENI, mais elle est plutôt faite pour avoir beaucoup plus d’électeurs”, dit celui qui seconde Corneille Nangaa, président de la CENI.

1.200 machines à voter ont été déployées sur l’ensemble du territoire national, pour permettre aux différentes couches de la population du pays à expérimenter cet outil électoral, confirme la Commission électorale nationale indépendante.

L’utilisation de la machine à voter continue de diviser la classe politique et sociale congolaise à moins de 3 mois de la tenue des élections présidentielles, législatives nationales et provinciales.

À l’opposition et une grande partie de la société civile, l’abandon total de cet outil électoral est la seule option envisagée. La majorité présidentielle quant à elle, convertie au Front Commun pour le Congo “FCC”, soutient l’utilisation de cette machine.

Une expertise britannique de la Fondation Westminster, a formulé 15 recommandations pour notamment améliorer le fonctionnement de ces machines, en vue de rassurer toutes les parties prenantes au processus électoral en cours en RDC.

© Bur-csa – N.W / De notre correspondant régional Jephté Kitsita – African Daily Voice (ADV)