Tchad : l’UE appelle le pays à abolir la peine de mort

Le Président tchadien Idriss Deby Itno. Photo : Afrique Media

Douala (ADV) – Dans une déclaration le 04 septembre dernier, l’Union européenne, par la voix de sa porte-parole, Maja Kocijancic, a réclamé l’abolition totale de la peine de mort au Tchad. Une sortie qui fait suite à la condamnation, il y a quelques jours, de quatre tchadiens ayant ôté la vie à une ressortissante chinoise.

«L’Union européenne invite le Tchad à joindre la majorité des Etats de l’Union africaine qui, à ce jour, a aboli la peine de mort ou applique de facto un moratoire sur les exécutions, à titre de première étape vers l’abolition», peut-on lire dans la déclaration.

Selon la porte-parole des affaires étrangères et de la politique de sécurité / Politique européenne de voisinage et négociations d’élargissement, Maja Kocijancic, la peine de mort est un châtiment qui constitue une violation du droit à la vie consacré dans la Déclaration universelle des droits de l’homme.

« L’Union européenne réaffirme son opposition absolue à la peine capitale en toutes circonstances et rappelle son engagement en faveur de son abolition universelle. La peine de mort constitue une sanction cruelle et inhumaine sans effet dissuasif et qui représente une grave négation de la dignité et de l’intégrité humaines », a écrit la porte-parole dans sa déclaration.

Le 27 août dernier, quatre tchadiens ont été condamnés à mort pour « faits de terrorisme » lors de l’assassinat en juin à N’Djamena d’une commerçante chinoise.

On rappelle que le Tchad a aboli fin 2016 la peine de mort, à l’exception des affaires de « terrorisme ».

© Bur-csa – VNK / De notre correspondante régionale Vanessa Ngadi Kwa – African Daily Voice (ADV)