Sommet Chine-Afrique : quand la presse chinoise s’indigne du traitement du Forum sino-africain par certains médias occidentaux

Les chefs d’Etat africain au FOCAC. Photo : PDGE

Douala (ADV) – La presse chinoise a réagi face aux critiques de certains médias occidentaux sur la coopération entre la Chine et l’Afrique. Alors que le « trop grand positionnement » de la Chine en Afrique continue de faire grincer les dents au sein des milieux médiatiques occidentaux et de faire couler beaucoup d’encre et de salive, la presse chinoise, elle, vient de balayer d’un revers de la main les accusations de néo-colonialisme chinois en Afrique.

Une guerre médiatique peut-on croire, qui intervient alors que vient de se dérouler avec succès et éclat, le Forum sur la coopération sino-africaine à Beijing. Dans un article publié le 03 septembre 2018, par nos confrères du Quotidien du Peuple, l’organe de presse chinois, n’est pas passé par quatre chemins pour fustiger ceux qui attaquent la présence de la Chine en Afrique. Retour sur les attaques et contre-attaques médiatiques pendant les deux jours du Forum.

« Le 7e Forum sur la coopération sino-africaine qui se tient actuellement à Beijing va avec son lot d’interrogations et de remarques alarmistes quant au « piège » que pourrait constituer pour les pays africains un face à face de plus en plus fort et exclusif avec l’empire du Milieu », écrit Le Point.

« La Chine est devenue un créancier majeur du continent. Selon certaines estimations, le géant asiatique représente à lui seul 14 % du stock de dette d’Afrique subsaharienne. Des emprunts souvent délivrés par le truchement d’accords de troc où l’argent frais s’échange contre du pétrole ou des ressources minières », réagit quant à lui le journal Le Monde.

Dans un article intitulé « Ne regardez pas la coopération sino-africaine avec un esprit étroit ! », nos confrères du Quotidien du Peuple, ont réagi face à ce qu’ils qualifient d’attaques directs.

« Il y a toujours des gens qui continuent à discréditer la fraternité entre la Chine et l’Afrique et à attaquer la Chine avec des remarques malveillantes, parlant par exemple de « nouveau colonialisme » et de « théorie du financement de la Chine qui augmente la dette africaine », a écrit pour sa part Le Quotidien du Peuple.

Avant d’ajouter : « Comme le dit un proverbe chinois, seuls les pieds savent si les chaussures leur conviennent. Pour ce qui est de la coopération de la Chine avec l’Afrique, l’Afrique est mieux placée que quiconque pour en parler ». Et d’attaquer : « La Chine a fait ce qu’elles n’ont pas fait, leur faisant par la même occasion ressentir jalousie et frustration. Face à la coopération sino-africaine, ces personnes ont mis des lunettes colorées ».

Nos confrères, ont ensuite renchéri, en affirmant qu’ « elles ne voient pas que les entreprises chinoises fournissent des millions d’emplois et des formations techniques aux pays africains ; elles ne voient pas les investissements et les pratiques commerciales de la Chine améliorer les compétences des travailleurs africains ; elles ne voient pas que la Chine est le premier pays investisseur en Afrique et la principale source de financement des infrastructures, jouant un rôle indispensable dans le développement économique de l’Afrique. Elles se contentent de magnifier de manière aveugle les gains de la Chine et ont fait de la Chine une ‘menace’ à leur propre statut hégémonique ».

En ce qui concerne « théorie de la dette croissante », Le Quotidien du Peuple répond : « Il n’y a que ceux qui n’ont aucune dette qui sont pauvres ». Aussi, « Emprunter n’a rien d’effrayant. L’essentiel est d’emprunter pour faire quelque chose. Il faut acheter du bétail et des moutons pour augmenter la production ou acheter du vin et en profiter. Les prêts de la Chine à l’Afrique sont très importants pour elle, ils servent à son développement, et ils bénéficieront aux générations actuelles et futures ».

S’agissant des accusations de « néo-colonialisme », Le Quotidien du peuple souligne que « les Africains n’ont pas oublié l’histoire. L’Afrique n’a jamais été colonisée par la Chine. Au contraire, la Chine s’est levée pour soutenir les mouvements de libération africains».

© Bur-csa – VNK / De notre correspondante régionale Vanessa Ngadi Kwa – African Daily Voice (ADV)