Les réseaux communautaires sont essentiels pour connecter l’Afrique, affirme Internet Society

Internet Society organise le troisième Sommet des réseaux communautaires d’Afrique à Cap-Oriental, en Afrique du Sud, du 3 au 7 septembre 2018. Photo : Internet Society

Casablanca (ADV) – Alors que l’accès à l’Internet continue de croître en Afrique, avec plus de 450 millions de personnes dorénavant connectées à l’Internet, plus de 60 pour cent de la population demeure non connectée. Les réseaux communautaires sont un moyen essentiel pour combler cette lacune en matière de connectivité, déclare l’Internet Society, une organisation à but non lucratif d’envergure mondiale s’engageant à assurer le développement ouvert, l’évolution et l’utilisation de l’Internet.

A ce fait, l’Internet Society en partenariat avec l’Association pour le progrès des communications et et Zenzeleni Networks organisera le troisième Sommet des réseaux communautaires d’Afrique à Cap-Oriental, en Afrique du Sud, du 3 au 7 septembre 2018.

Des participants de 13 pays africains (Kenya, Ouganda, Afrique du Sud, RDC, Zimbabwe, Zambie, Malawi, Namibie, Cameroun, Tanzanie, Soudan, Égypte et Éthiopie) assisteront au sommet, en plus de participants représentant les réseaux communautaires en Espagne, en Allemagne, en Argentine, en Inde et aux États-Unis.

Le Sommet vise à promouvoir la création et la croissance des réseaux communautaires, à accroître la collaboration entre les opérateurs de réseaux communautaires dans la région et à leur donner une occasion de s’engager avec d’autres parties prenantes comme des producteurs de contenus, des régulateurs et des décideurs politiques.

Ainsi les sessions de conférence couvriront des sujets allant de la manière dont les réseaux communautaires peuvent combler le manque de connectivité en Afrique aux stratégies permettant de soutenir l’accès local. Les discussions incluront également la manière dont les réseaux locaux peuvent être utilisés pour améliorer la fourniture de services de base et inspirer la création de contenus et services pertinents à l’échelle locale, ainsi que la manière de créer des politiques et réglementations favorisant les réseaux communautaires en Afrique.

« Permettre aux communautés de se connecter vraiment elles-mêmes est une nouvelle façon de penser », a expliqué Michuki Mwangi, gestionnaire principal du développement pour l’Afrique à l’Internet Society. « Les décideurs politiques et les régulateurs devraient reconnaître que la connectivité peut être initiée depuis un village ou une ville et qu’ils peuvent aider les communautés à se connecter elles-mêmes en fournissant un environnement favorable avec l’octroi de licences et un accès au spectre innovants. »

Le Sommet des réseaux communautaires d’Afrique se conclura par une visite de communautés desservies par Zenzeleni Networks, première organisation de télécommunications d’Afrique du Sud, appartenant et exploitée par une coopérative rurale. Zenzeleni Networks installe et maintient sa propre infrastructure de télécommunications pour fournir des services voix et données abordables. Toutes les recettes restent dans la communauté et les résidents décident ensemble de l’usage qui est fait de ces recettes.

© Bur-csa – N.W – ADV