Commerce des armes dans la Corne de l’Afrique : Djibouti suscite les regards

Djibouti lance la plus grande zone franche internationale en Afrique pour un investissement total de 3,5 milliards de dollars. Photo : DR

en

Casablanca (ADV) – D’après un rapport d’EXX Africa (société de renseignements dans l’évaluation des risques politiques et économiques africains), le commerce des armes illégales dans la Corne de l’Afrique reste très lucratif et est étroitement lié aux groupes terroristes transnationaux, au trafic de drogue et au conflit au Yémen voisin.

Ces dernières années, Djibouti est devenue une plaque tournante de plus en plus importante pour le transbordement d’armes vers les groupes armés de la région.

Certaines entreprises Djiboutiennes engagées dans le secteur maritime florissant du pays ont récemment été impliquées dans le commerce illégal des armes.

L’importance de Djibouti dans le transit d’armes régional devrait s’accroître à mesure que l’Érythrée et l’Éthiopie tenteront de parvenir à une paix durable qui aura des répercussions importantes sur la chaîne d’approvisionnement en armes dans la Corne de l’Afrique.

Une source locale a qualifié le commerce d’armes dans le golfe d’Aden de «gâchis politique que la plupart des pays occidentaux ne veulent pas s’impliquer».

Les dealers d’armes souterrains de Djibouti, privilégie peut-être une Somalie faible et une Érythrée isolée. La plupart des livraisons d’armes illégales à Djibouti continueront surement d’être effectuées par le biais de petits artisans via les communautés de pêcheurs de la côte Sud-est et via le projet du port de Garacad.

© Bur-csa – ADV