RDC : les leaders de l’opposition exigent le retour de Katumbi et le retrait de la machine à voter

Freddy Matungulu, président de Congo Na Biso. © Twitter

Kinshasa (ADV) – Les leaders de l’opposition prennent acte de la désignation par Joseph Kabila, un candidat du Front Commun pour le Congo comme son successeur à la prochaine présidentielle.

Dans une déclaration commune faite lundi 13 août 2018 à Kinshasa, dans la soirée, les ténors de l’opposition, candidats à l’élection présidentielle, ont formulé un certain nombre d’exigences au pouvoir en place avant la tenue des élections du 23 décembre prochain. Parmi ces exigences, il y’a le retour de l’opposant Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle pour le dépôt de sa candidature, et le retrait de la machine à voter.

Autres exigences :

  • Nettoyage du fichier électoral
  • Libération des prisonniers politiques
  • Remplacement du délégué de LUDPS (union pour la démocratie et le progrès social) à la Commission Électorale Nationale Indépendante.
  • Rapatriement de la dépouille mortelle d’Étienne Tshisekedi, décédé à Bruxelles en février 2017.

Cette déclaration a été lue par Eve Bazaiba, secrétaire générale du Mouvement de Libération du Congo, (MLC) de Jean Pierre Bemba, signée par Félix Tshisekedi, président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Freddy Matungulu de Congo Na Biso (notre Congo) et les représentants de Jean Pierre Bemba et celui de Moïse Katumbi.

Ils ont affirmé de poursuivre leurs concertations en vue de la désignation d’un candidat commun autour d’un programme commun de gouvernance.

© Bur-csa – Mariella Bolinda – ADV