Côte d’Ivoire : sur les traces de Simone Gbagbo

À 69 ans, Simone Gbagbo devrait renouer avec les partisans du Front populaire ivoirien. © Photo : ADV

Casablanca (ADV) – Surnommée la « Dame de fer » de la Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo a côtoyé les plus hauts sommets de l’État pendant dix ans aux côtés de son mari, l’ex-président Laurent Gbagbo.

L’année 2011 avait scellé la chute du couple présidentiel après l’intervention décisive de l’armée française aux côtés des forces soutenant Alassane Ouattara, nouveau président de la République reconnu par la communauté internationale. Arrêtée en avril 2011, Simone Gbagbo avait été condamnée en 2015 à 20 ans de prison pour « atteinte à la sûreté de l’État ».

Le président ivoirien Alassane Ouattara a changé son destin lundi 6 août, en annonçant son amnistie totale et sa libération après sept années derrière les barreaux. Si elle reste poursuivie par la Cour pénale internationale (CPI) pour « crime contre l’humanité », le président ivoirien a assuré qu’elle ne serait pas extradée vers la Haye.

À 69 ans, Simone Gbagbo devrait renouer avec les partisans du Front populaire ivoirien (FPI), le parti au pouvoir au temps de Laurent Gbagbo.

© Bur-csa – ADV