Cameroun : au moins quatre gendarmes et un policier tués

Une attaque de séparatistes présumés porte à quinze le nombre de membres des forces de sécurité tués en moins de deux mois, décembre 2017. ©, Photo : Le Monde

Casablanca (ADV) – Au moins cinq membres des forces de sécurité du Cameroun, quatre gendarmes et un policier, ont été tués dimanche dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, a appris lundi l’AFP de source sécuritaire et auprès de témoins.

“L’attaque s’est produite le matin de dimanche et de nouvelles recrues ont été surprises par des sécessionnistes”, a indiqué cette source en précisant qu’il y avait également eu des blessés dont elle n’a pas précisé le nombre.

Les habitants ont fui à la suite de l’attaque, selon l’un d’eux : « Beaucoup ont préféré gagner la brousse par peur, certains tentent de se rendre dans la ville de Bamenda ».

A Mutengene, près de Buea, chef-lieu du Sud-ouest, un officier de police, Ekah Njume, a été assassiné à son domicile par des inconnus, selon des témoins. L’information a été confirmée lundi par la presse locale.

Les combats et les attaques de groupes armés contre les forces de sécurité y sont devenus presque quotidiens. Les séparatistes, divisés entre divers petits groupes, réclament la création d’un Etat anglophone indépendant.

Notons que ce conflit, est de plus en plus violent en zone anglophone et la lutte contre le groupe jihadiste Boko Haram dans le nord du pays, risque de perturber le scrutin présidentiel prévu le 7 octobre.

© Bur-csa – N.W – ADV