Centrafrique : ouverture à Bangui de la session criminelle 2018

Cour d'appel de Bangui. ©, Photo : Fridolin Ngoulou ADV

Bangui, (ADV) – Après le tirage au sort le 9 juillet pour constituer le jury, la session criminelle à titre de l’année 2018 a démarré ce lundi 16 juillet à la Cour d’Appel de Bangui.

La Cour d’Appel de Bangui annonce une trentaine de dossiers qui sont enregistrés parmi lesquels certains responsables des groupes armés dans ce pays, fragilisé depuis 2012 par les violences alors que Cour Pénale Spéciale, cette juridiction hybride devrait aussi démarrer ses enquêtes pour traduire en justice les auteurs et co-auteurs des crimes graves perpétrés dans le pays depuis 2003.

Le premier dossier inscrit au rôle de la session criminelle de la Cour d’Appel de Bangui pour l’année 2018 est renvoyé pour jeudi 19 juillet prochain. « Le conseil de Rose Kpiamalé, accusé de meurtre à Bangui dit n’avoir pas tous les documents nécessaires pour défendre sa cliente », a rapporté à ADV Me Anatole Max Maïtovo à l’ouverte des procès.

Plusieurs autres dossiers passeront devant la barre durant les trente jours à venir. Le Procureur Général de la Cour d’Appel de Bangui, Éric Didier Tambo parle des dossiers concernant « les crimes commis par des rebelles de la Séléka et des miliciens Anti-Balaka ».

Abdoulaye Hissene, l’un des gros poissons de la Séléka, sera jugé par contumace pour association des malfaiteurs, atteinte à la sureté intérieure de l’Etat, détention illégale d’armes ou de munitions de guerre, destruction d’édifices publics et rébellion.

La lutte contre l’impunité à travers la justice, est le souhait exprimé par le chef de l’Etat Faustin Archange Touadera, qui a exhorté la semaine dernière les magistrats « à rendre une justice équitable ».

© Bur-csa – Fridolin Ngoulou – ADV